Résultats de votre recherche

Pour évaluer les nuisances sonores

Posté par sauvegarde de pompignan le 18 janvier 2010

Pour évaluer les nuisances sonores dans Nuisance 201001181755_w350Jeudi soir, lors de la réunion publique d’informations organisée par l’association Très Grande Vigilance en Albret, l’intervenant de l’association ATTAC et des Amis de la Terre, Roland Legros, a fait un exposé sur les nuisances sonores dues au passage des TGV. Alors que le sujet est grave et que l’ambiance était plutôt empreinte d’inquiétude, le sujet parut plus léger lorsque le conférencier a présenté les équations du bruit moyen (notre photo), l’assistance s’est mise à rire.

Roland Legros a, fort heureusement, expliqué comment calculer les décibels de nuisance et a également expliqué comment RFF fait une moyenne de l’ensemble des passages des trains sur la journée afin d’obtenir des chiffres moins alarmistes. Chose qui, d’ailleurs, avait déjà été expliquée lors de la réunion de TGV à Montgaillard. Il faut faire la différence entre l’émergence continue ou discontinue, qui correspond respectivement à un bruit de tondeuse ou à un bruit de moto. «Les aboiements d’un chien, ce sont 80 DB. Il faut considérer, pour la vitesse d’un TGV, le bruit de roulement et le bruit de l’air qui frotte contre le véhicule. Le bruit du TGV est 300 fois celui d’un aspirateur. A 300 km/h, ça représente 95 DB. Pour RFF, la nuisance est de 64 DB à 25 m du passage», a affirmé Roland Legros. Reste aux sceptiques à s’intéresser aux logarithmes qui multiplient par dix.

Publié le 18/01/2010 03:51 par La dépêche

Pour voir les infos informations complémentaires, allez sur la page nuisances

Publié dans Nuisance | Pas de Commentaires »

Nuissances Sonores

Posté par sauvegarde de pompignan le 20 décembre 2009

RFF le reconnaît : « Lors de la mise en place d’un TGV, le premier impact susceptible d’apparaître est la gêne acoustique ressentie par les riverains ».
En matière de bruit relatif aux infrastructures ferroviaires et en fonction de l’usage et de la nature des locaux riverains, la législation française fixe des niveaux de bruit à ne pas dépasser :

  • de 60 à 65 décibels (A) pour le jour (de 6h à 22h),
  • de 55 à 60 décibels (A) pour la nuit (de 22h à 6h)
    Pour la plage 6h-22h, le seuil à ne pas dépasser sera de 65 décibels par exemple en rase campagne et de 60 décibels à proximité d’un hôpital.

Quelques explications sommaires sur les décibels (dB) :

le décibel n’est pas une mesure, c’est le résultat d’un calcul sur une mesure, ce qui est mesuré, ce sont des « pressions acoustiques », celles qui s’exercent sur nos tympans.

la formule de calcul est telle qu’une augmentation de 3 décibels représente une augmentation de volume sonore beaucoup plus forte entre 70 et 73 décibels qu’entre 40 et 43 décibels: l’échelle n’est pas linéaire.
Les niveaux de bruit sont exprimés en décibels (A) , (A est un filtre pondérant le son suivant sa fréquence pour se rapprocher des caractéristiques de l’oreille humaine).

A 110 décibels, on atteint le seuil du risque de surdité
Le décibel n’est pas une unité facile à appréhender.

Au sujet de la réglementation …..

Les fiches techniques du constructeur indiquent : « pour les rames TGV Atlantique, un niveau d’émission sonore (instantané pendant le temps de passage) de 92 décibels (A) à 300 km/h et à 25 m de la source » (les rames prévues sur les projets qui nous concernent rouleraient à 320 km/h ; elles seraient donc beaucoup plus bruyantes).
Ces 92 décibels (A) sont le volume sonore que subit effectivement le riverain à chaque passage de TGV alors que les 65 décibels (A) maximums de la réglementation sont encore le fruit, d’un calcul savant.
RFF indique :
« La réglementation actuelle pour la protection acoustique n’est pas basée sur les bruits de pointe ». « La réglementation actuelle préconise d’évaluer le niveau sonore cumulé résultant du nombre de trains circulant sur une période donnée ».
Ceci donne comme résultat :

tableaubruit.jpg  

 

C’est grâce à ce type de calcul que la norme peut être plus rigoureuse la nuit que le jour : les trains n’y sont pas moins bruyants, il suffit qu’ils y soient moins nombreux.
Cette législation, derrière laquelle se retranche RFF, est récente : arrêté ministériel du 8 novembre 1999. Il est évident que son but est de légaliser l’inacceptable.

echelledebruitdbademe.jpg

 

 Je vous le rappelle, un TGV a 25m = 92dB, le seuil de danger est de 90dB.

     

lire le document Nuissances Sonores doc nuisancessonorestgv.doc

voir les vidéos et les images sur la page « Ce qui nous attend »

lire l’article posté le 18 janvier 2010

Publié dans | Pas de Commentaires »

 

Ecole Normale de Filles d’O... |
CLUB VOSGIEN THIONVILLE |
blog-du-cehysterd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aduanc
| M.L.R. Mouvement de Libérat...
| amicalelaiquesantec