• Accueil
  • > Recherche : chateau pompignan 82

Résultats de votre recherche

Frontonnais. Le TGV pourrait cisailler les vignes

Posté par sauvegarde de pompignan le 23 avril 2010

Frontonnais. Le TGV pourrait cisailler les vignes dans LGV, c'est NON! 201004231428_w350Les tracés de la future ligne grande vitesse proposés en janvier ont été repoussés après les élections, celui qui est de nouveau mis en avant est le tracé D. Cette trajectoire fait grincer les dents des vignerons qui ne décolèrent pas.

La LGV couperait le vignoble à partir du Tarn-et-Garonne traversant les domaines de Baudare et de Viguerie de Beulaygue, avant de pourfendre les vignes de Bellevue la Forêt et celles du président de la cave Jean Michel Rigal.

Les 20 à 25 hectares détruits ne tiennent pas compte des 50 % de négrette qu’il faut pour faire de l’AOC il resterait 50 % de production non utilisable en AOC ce qui double la perte. Il faut aussi tenir compte des parcelles coupées en deux et des accès rendus plus difficiles sans parler de l’attrait touristique de ces fleurons de l’appellation qui seraient totalement défigurés. À la sortie des vignobles, le château de Pompignan et son parc pourraient être affectés.

«Communication, pas concertation»

Des responsables des réseaux ferrés de France étaient en réunion ce mercredi matin, avec l’ensemble de la profession viticole. Les vignerons sont sortis mécontents et totalement insatisfaits de cette entrevue : «Iil n’y a pas de concertation, mais simplement une communication de l’avancée des décisions prises sans tenir compte de notre avis. Le TGV est une bonne chose nous disent-ils, il est même indispensable, mais son trajet doit être étudié en concertation avec tous. La proposition A pour laquelle, de l’avis général, l’étude a été menée à charge, et qui passe dans la plaine nous paraît plus appropriée, car elle ne toucherait que cinq hectares de vigne, quant au nombre de bâtiments d’habitations, l’écart entre les deux tracés n’est que d’une dizaine 80 pour 70».

Autre proposition, celle du collectif d’union pour la sauvegarde des villages basé à Pompignan qui préconise un tracé le long de l’autoroute, avec un dossier à l’appui.

Le mois de mai sera jalonné de réunions pour définir le tracé définitif, les vignerons de Fronton seront vigilants et défendront leur vignoble jusqu’au bout !

Publié le 23/04/2010 par La Dépêche

Publié dans LGV, c'est NON! | Pas de Commentaires »

Pompignan ne veut pas être coupé en deux par la LGV

Posté par sauvegarde de pompignan le 22 décembre 2009

Rail. Le TGV Toulouse-Paris passerait au milieu d’une commune déjà traversée en tous sens.

Pompignan ne veut pas être coupé en deux par la LGV dans POMPIGNAN 200912221440_w350

 

Dans son bureau, Alain Belloc le maire de Pompignan ne décolère pas depuis vendredi soir et la sortie de la réunion consultative tenue à la préfecture de Tarn-et-Garonne. Réunion où lui et d’autres élus étaient conviés pour voir de plus près quel serait le fuseau le mieux approprié pour faire passer à l’horizon 2 020 la LGV reliant Toulouse à Bordeaux. Et il ne pouvait être envisagé de pire scénario que celui supposé être le plus près de l’adoption. Qui va mettre à bas des années d’efforts, de réalisations, pour donner du charme, du cachet, de l’attractivité à cette porte du Tarn-et-Garonne quand on quitte l’agglomération Toulousaine. Ainsi que le démontre cette infographie présentée en haut de cette page on a plus ou moins tracé les endroits où devraient passer à presque trois cents kilomètres/heure les convois au museau fuselé permettant de mettre Toulouse à 3 h 10 de Paris. De prendre certains TGV (tous, loin s’en faut ne s’arrêteront pas) à la future gare de Bressols qui devrait voir le jour. Si bien entendu tous les financements sont là pour réaliser ce grand Meccano aux multiples dotations croisées et complémentaires. Mais pour l’heure le vent de la révolte et de la colère souffle à Pompignan et tous azimuts. Les panneaux et calicots « Pompignan dit non au TGV » ont poussé partout dans les rues et le long de la D820 (ex RN 20).

L’humain sacrifié

Si la protestation semble un tantinet excessive c’est que tout est allé vite, très vite, trop vite. « Si comme on nous l’a dit vendredi en préfecture on privilégie le troisième fuseau cela signifierait que pour Pompignan on a beaucoup plus impacté sur l’humain que le végétal. » déclare en substance Alain Belloc. Et l’élu Pompignanais de poursuivre « Cela remet en question notre révision du PLU qui allait se traduire par une zone économique à l’entrée du village. Les trains vont couper en deux le parc et la forêt du château de la famille de Lefranc de Pompignan. Un poumon vert de 17 hectares qui était un lieu de promenade aménagé pour tous. Dans sa traversée de la commune la voie ferrée va détruire les plus belles terres à urbaniser, le bâti de demain et aussi affecter une partie du vignoble du Frontonais. » Et en confidence le maire dit : « Ce qu’il y a d’incompréhensible c’est que dans ce projet à long terme, tout d’un coup on emploie la marche forcée.

«On ne capitulera pas»

On nous a présenté les trois fuseaux pour la première fois le 24 novembre dernier et presque sans avoir eu notre mot à dire, un mois et demi plus tard on voudrait nous dire c’est ça et rien d’autre. On ne veut pas voir Pompignan sacrifié, défiguré et perdant tous les charmes acquis patiemment depuis des années et partagés par les 1 400 habitants. Dans cette histoire du troisième fuseau c’est une capitulation de RFF qui a entendu les arguments de certains élus haut-garonnais pouvant se trouver sur un autre fuseau et qui ont trouvé en Pompignan le moyen de sauver leurs terres… viticoles ou électorales. » Loin du fatalisme ou de l’abdication, l’élu suivi par un fort mouvement associatif espère que le 11 janvier prochain le comité de pilotage ne déterminera pas de façon définitive le fuseau de 1 000 mètres retenu définitivement. Et qu’il y aura peut-être une autre solution envisagée. Mais Pompignan en ce dossier risque de na pas être dans la position du village d’irréductibles Gaulois. Le mercure monte aussi beaucoup entre Montbeton, Lacourt et vers Dunes par exemple où les citoyens et propriétaires sont nombreux à ne pas vouloir voir les fusées métalliques traverser leurs jardins ou lotissements…

Publié le 22/12/2009 10:30  par La dépêche

Publié dans POMPIGNAN | Pas de Commentaires »

Pompignan. Ligne LGV: c’est non!

Posté par sauvegarde de pompignan le 10 décembre 2009

Pompignan. Ligne LGV: c'est non! dans POMPIGNAN 200912101539_w350Mardi à 20 h 30, la salle polyvalente du village était archipleine – environ 300 personnes – une trentaine de personnes restant même debout, pour assister à la réunion initiée par la municipalité sur le projet de ligne à grande vitesse (LGV).

M. Belloc, le maire, a longuement expliqué le tracé des trois faisceaux LGV envisagés par Réseau ferré de France, arrivant de Haute-Garonne et se dirigeant vers Bressols. Le faisceau le plus à l’Ouest traverse le village et une grande part du territoire communal, les deux autres, plus à l’Est, passant par Eurocentre et le Frontonais. Actuellement, sur les plans, l’emprise de chaque faisceau est de 1 kilomètre qui sera réduit à 500 mètres fin 2010, puis RFF choisira un tracé d’emprise de 80 m pour ses voies.

Si ce faisceau était choisi, le TGV arriverait par la plaine de Saint-Rustice, longerait la RD 820 (ex-RN 20), couperait le coteau et, d’une altitude de 105 m, grimperait sur une courte distance jusqu’à 205 m pour redescendre à 170 m, traversant le parc du château (domaines classés) qui date du temps du marquis Lefranc de Pompignan.

Il semble que, pour l’instant, les politiques de Haute-Garonne, et en particulier le président du conseil général, soient opposés aux trois tracés mais seraient prêts, s’il fallait en accepter un, à «choisir» le tracé Pompignan afin de ne toucher ni à Eurocentre ni aux vignes du Frontonais.

Le maire a ensuite lu la lettre adressée au préfet il y a quelques jours, dans laquelle il fait part de l’inquiétude et de l’opposition des élus vis-à-vis de ce projet, véritable catastrophe, à la fois économique, écologique et humaine, pour la commune. Il a rappelé que le village était déjà morcelé par la voie de chemin de fer (44 500 trains par an), par la grand-route (6 760 000 véhicules par an) et par l’autoroute (11 000 000 de véhicules).

Il a ensuite donné le calendrier des prochaines réunions officielles: le 18 décembre pour le choix d’un des faisceaux, le 7 janvier 2010, réunion RFF, élus, conseil général, pour entendre les diverses remarques, puis le 11 janvier, réunion finale qui entérinera le choix fait auparavant.

Les questions et les interventions ont été nombreuses, certaines très «remontées». Plusieurs intervenants ont été applaudis, en particulier le président de l’association locale contre l’aéroport qui a proposé de mettre ses connaissances au service des opposant au TGV et qui a prôné l’union dans ce type d’affaire.

Comme le temps presse, une nouvelle réunion est prévue aujourd’hui jeudi à 20 h 30, au château, son propriétaire, M. Penavayre, mettant la chapelle à la disposition du public. Une association sera constituée et diverses formes d’actions envisagées.

Le public a ensuite été invité à signer une pétition «Non au TGV», pétition que l’on peut signer aussi en mairie dès aujourd’hui.

Publié le 10/12/2009 13:48  par La dépêche

Publié dans POMPIGNAN | Pas de Commentaires »

 

Ecole Normale de Filles d’O... |
CLUB VOSGIEN THIONVILLE |
blog-du-cehysterd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aduanc
| M.L.R. Mouvement de Libérat...
| amicalelaiquesantec