Pompignan. Un train peut en cacher un autre

Posté par sauvegarde de pompignan le 30 juillet 2011

Pompignan. Un train peut en cacher un autre  dans LGV, c'est NON! 201107291738_w350Pompignan: un train peut en cacher un autre. C’est le nom d’une nouvelle association créée mi-juillet pour s’opposer à la LGV qui pourrait défigurer le village et pour défendre l’aménagement des voies existantes. Cette association a été lancée par quelques personnes après le refus de RFF de prendre en compte les arguments et désirs des associations prônant un tracé alternatif malgré le sérieux des plans proposés. La présidente, Ghislaine Lécureuil, avance des arguments que tous connaissent: la cherté de la LGV (huit fois plus chère au kilomètre que l’aménagement des lignes existantes) pour un gain de vitesse minime (et même nul entre Montauban et Saint-Jory), la dangerosité du tunnel qui sera creusé dans un terrain classé zone rouge (instabilité), les paysages défigurés et les nuisances sonores et visuelles garanties! L’association fait actuellement signer une pétition reprenant ces arguments et demandant l’aménagement des voies existantes.

Une réunion aura lieu à la rentrée.

 

Signez la pétition en ligne

La Dépêche du Midi

Publié dans LGV, c'est NON! | Commentaires fermés

400 marcheurs pour s’opposer à la LGV

Posté par sauvegarde de pompignan le 16 juillet 2011

Les militants anti-LGV ont marché sur le tracé de la ligne.

Flâner pour mieux protester. Mais surtout pour éviter la vitesse. C’est le message que voulaient faire passer les opposants au projet de LGV. Et ils étaient environ 400 hier à déambuler le long du tracé de la ligne à grande vitesse.

Suivant deux itinéraires possibles, ils ont avancé dans la boue, aidés pour certains d’un bâton de marche. Un groupe est parti de Biriatou, l’autre de Ciboure. « Ils ont longé la Nivelle et sont passés par la forêt. Ils ont découvert des chênes têtards et des espèces protégées qui risquent d’être amputés ! », explique Pierre Recarte, l’un des organisateurs, et coauteur du livre « Les Rails de la déraison ».

Soutenir la causeDans la foule, il y a tous les âges. François Kalflèche est venu manifester avec sa fille. « J’habite la dernière maison de Ciboure. Je me sens concerné par cette proximité ! » Certains opposants viennent de loin. Des Parisiens et même un Argentin, tout droit arrivés du village alternatif qui se tient en ce moment à Mouguerre-Elizaberri, à 10 km de Bayonne. « Il est vital pour moi de m’associer à la marche. Je me sens concerné parce que c’est l’argent de l’État français qui est investi ici. Je ne suis contre rien, je veux juste qu’on réfléchisse à la manière d’utiliser ces sous pour les infrastructures », explique Hervé Krief, un musicien de 40 ans, originaire de la capitale.

Un « projet désastreux »Ils sont tous d’accord là-dessus : « le projet de ligne à grande vitesse est inutile, désastreux et coûteux ! » « Les lignes de trains existantes sont sous-exploitées. On pourrait remettre à jour ce qui existe au lieu d’en créer une nouvelle ! », insiste Pierre Turpin, un marcheur de 60 ans, en provenance de Lourdes.

Le récent rapport du Conseil général de l’environnement et du développement durable prévoit une saturation du transport ferroviaire d’ici à 2035. « Ce document est truffé de fausses informations », renchérit Pancho Tellier, le président de Nivelle-Bidassoa, l’association à l’origine de la marche.

« C’est un projet décidé à l’encontre et à l’insu de la population ! », insiste l’un des opposants.

L’argument écologique est également brandi. « Il n’y a pas d’urgence à construire ! Avec cette ligne, des maisons et des exploitations agricoles vont être touchées ! », rappelle Victor Pachon, le président du Collectif des associations pour la défense de l’environnement (Cade).

Appuyer une action en justiceAu cours de leur marche, les militants ont également distribué des tracts aux voitures. « Il faut informer la population ! », justifient-ils. Les deux groupes se sont rejoints à Ibildox, en bordure de la route d’Ibardin, autour d’un repas festif, et, payant. « La manifestation a aussi pour but de faire rentrer des fonds puisqu’on arrive maintenant dans la phase juridique. On va déposer un recours contre le vote des  »conseillers généreux » qui ont validé le tronçon Tours-Bordeaux », conclut Pancho Tellier.

Le Sud Ouest du 150711

Publié dans LGV, c'est NON! | Commentaires fermés

LGV : accélération d’un projet qui explose le budget prévu

Posté par sauvegarde de pompignan le 8 juin 2011

« D’après les services de l’état, le tracé « D » a été validé. L’étude alternative de RFF avec son raccordement trop impactant pour Saint-Jory a été abandonnée. Thierry Fourcassier, porte parole du collectif régional « Union pour la Sauvegarde des Villages » opposé à ce raccordement, reste convaincu que l’enquête publique sera déterminante sur la véritable pertinence d’une LGV Montauban -Toulouse et surtout dénoncera un coût anormalement excessif. « Le prix moyen de 20 millions d’euros le km de LGV serait ici considérablement majoré, entre Montauban et Toulouse, selon les propres sources de RFF, et augmenterait à 34 millions d’euros le km, pour une ligne à grande vitesse … sur laquelle les TGV ne pourraient pas se déplacer à grande vitesse ! » Côté Atlantique, la Ministre Nathalie Kosciusko-Morizet relance une étude en incluant le réaménagement des lignes existantes comme alternative à la LGV … argument développé par le collectif régional depuis maintenant près de 2 mois et appuyé par Hervé Mariton, député rapporteur du budget sur les Transports à la commission des finances de l’assemblée nationale. » Communiqué du Collectif Union pour La Sauvegarde des Villages

Publié dans LGV, c'est NON! | Commentaires fermés

LGV : « On nous roule dans la farine »

Posté par sauvegarde de pompignan le 17 mai 2011

Réunis hier au conseil général en présence de Jean-Michel Baylet et de la députée Sylvia Pinel, les élus membres du bureau de l’association dite des territoires traversés par la LGV, ont exprimé une grosse colère quant à la manière employée par Réseau Ferré de France. « On nous roule dans la farine » assure Michel Delrieu (Auvillar).

Un sentiment partagé par tous ses collègues qui constatent avec amertume qu’au terme de dix-huit mois de travail, de dizaines de réunions, d’échanges permanents avec les populations et les associations, « tout ce que l’on a souhaité comme modifications pour un tracé de la LGV le moins impactant possible n’a pas été retenu… Pire, on nous a ramenés quasiment au tout début, comme si élus et populations n’avaient rien à dire ! »

C’est ainsi qu’à Campsas, le tracé proche de l’autoroute a été « oublié » au profit d’un passage dans une zone très construite, donc potentiellement «en danger»..

Manipulation

À Pompignan, Alain Belloc (maire et président de l’association ATT-LGV) dénonce une « manipulation qui consiste à dire oui à ce que l’on suggère tout en surdimensionnant des ouvrages pour nous dire in fine… trop cher à réaliser ! » C’est le cas du fameux viaduc proposé par RFF.

À Auvillar, on reparle d’un pont au-dessus de l’autoroute qui impacterait lourdement le paysage, alors qu’un tunnel avait été convenu. À Bressols, où se trouvera la gare, le maire Jean-Louis Ibres parle d’un « véritable désastre environnemental » tandis qu’à Castelmayran, Jean-Claude Giavarini avertit « qu’il n’est pas question d’accepter un tracé qui entrerait dans le village ».

Grosses interrogations également du côté de Saint-Porquier où RFF avait laissé croire à un regard bienveillant sur des solutions à nuisances minorées pour le franchissement de la D813, de la D14, du canal et de l’autoroute. Aux oubliettes…

Riverain par riverain…

« Moi aussi on m’a menti en me faisant croire que la solution d’une tranchée couverte et d’un passage sous le canal serait envisageable » martèle Denis Lopez (Lacourt-Saint-Pierre). « Et maintenant, on me dit que ce serait trop coûteux en me parlant de déviation du canal, d’une pente d’eau ou encore d’échelle à bateaux !….».

Dans ce contexte, Alain Belloc et ses collègues ont acté l’idée soumise par Sylvia Pinel. « Il n’appartient pas aux élus de trancher sur tel ou tel fuseau » explique la députée et conseillère régionale. « Il faut toutefois imaginer un tracé qui intègre dans sa globalité Tarn-et-Garonnaise toutes les exigences des élus et des populations, le soumettre à RFF et travailler la négociation détail par détail, riverain par riverain s’il le faut… ».

Dans le même temps, Jean-Michel Baylet affiche une détermination sans faille à camper sur la position votée à l’unanimité par les conseillers généraux. « Nous n’engagerons pas un euro de la collectivité départementale tant que l’intérêt des Tarn-et-Garonnais ne sera pas respecté ».

Regrettant les attaques de cette décision (ainsi que la position des élus radicaux à la Région) par le maire de Montauban, le président du conseil général a été clair : « Nous sommes là dans une phase dure du bras de fer qui nous oppose à RFF. Je crois au volontarisme politique et si l’on considère que les élus ne peuvent pas peser sur les choses, c’est la négation de la politique. Or les populations nous élisent pour défendre leurs intérêts. Certes c’est compliqué. Mais unis, nous serons forts dans le rapport de force… »

Résistance

À la fin du mois, des réunions dites de consultation feront monter la pression d’un cran. D’ici là, le conseil général aura mis à disposition des élus concernés, et des associations qui le souhaitent, un ingénieur pour accompagner les propositions. Puis une AG réunira tous les acteurs courant juin pour avancer aussi en matière d’indemnité, domaine pour lequel la position du conseil général (250 m de chaque côté de la ligne) capte l’adhésion des élus. Plus que jamais, la résistance s’organise. « Ce n’est qu’à ce prix que les Tarn-et-Garonnais seront respectés » clame Jean-Michel Baylet. C’est aussi l’intention des maires et de leurs administrés…

La Dépêche du Midi du 170511

Publié dans LGV, c'est NON! | Commentaires fermés

3ème temps de la consultation

Posté par sauvegarde de pompignan le 14 mai 2011

lisez, si vous le souhaitez, la synthèse des études menées par RFF sur la partie Tarn et Garonne/ Haute Garonne. Elles décrivent les possibilitées se trouvant dans le fuseau D

Cliquez ici : synthèse d’étude 

puis donnez votre avis sur le site GPSO

  • sélectionner le département et la commune
  • puis sélectionner l’icone Bleu « Bulletin-réponses »

LE PLUS IMPORTANT EST DE DONNER SON AVIS EN INSISTANT SUR LE FAIT QUE LE TRAC2 LE LONG DE L’AUTOROUTE A62 EST MOINS DEVASTATEUR QUE CELLES PROPOSEES DANS LE FUSEAU D.

Publié dans LGV, c'est NON! | Commentaires fermés

Communiqué de l’Union pour la Sauvegarde des Villages

Posté par sauvegarde de pompignan le 23 avril 2011

Afin de minimiser les impacts directs et indirects sur l’environnement, les habitations et les entreprises des communes traversées, nous demandions la réalisation d’une étude de faisabilité d’un tracé le long de l’autoroute avec un raccord sur l’existant au Nord de Lespinasse.

RFF nous a montré ce jeudi 21 avril 2011 à la préfecture un tracé inacceptable, très impactant, car ne correspondant que d’une façon partielle à notre proposition.

Le collectif Régional “Union pour la Sauvegarde des Villages” a exprimé sa totale désapprobation contre la proposition alternative de RFF.

Suite à cette proposition, les représentants des élus du Conseil Général du Tarn et Garonne ont annoncé la non participation de leur département pour le financement de la LGV.

Publié dans LGV, c'est NON! | Commentaires fermés

« LGV : la chambre d’agriculture 31 hausse le ton »

Posté par sauvegarde de pompignan le 25 janvier 2011

lire l’article en cliquant sur l’image

capturer2.jpg

 

Publié dans LGV, c'est NON! | 1 Commentaire »

Un comité d’accueil musclé

Posté par sauvegarde de pompignan le 21 janvier 2011

Alain Rousset, venu présenté ses vœux, a été accueilli par les sifflets des militants de Très grande vigilance en Albret, opposants à la LGV.

Ils étaient très en colère les militants de Très grande vigilance en Albret et de la Coordination 47, opposants à la LGV. En colère contre Alain Rousset, et les manifestants (une cinquantaine selon les gendarmes, 70 selon la Coordination 47, collectif qui regroupe les associations) lui ont largement fait savoir. Le président de Région a bien tenté une arrivée décontractée en allant à la rencontre des militants. Tentative qui a tourné court. Les manifestants l’ont accueilli non seulement avec des sifflets et des « mots doux », mais également avec une tarte à la crème…

Débat techniqueCe qui a déclenché cette nouvelle opération coup-de-poing ? Les déclarations d’Alain Rousset lors de ses vœux à la presse (lire « Sud Ouest » du 14 janvier), où le président de Région a durement fustigé les opposants à la LGV, qualifiant les arguments des opposants de « débiles » et « absurdes ». Des mots que l’on retrouvait en bonne place sur les pancartes. « Vos mots qui ne furent pas tendres à notre égard, révèlent un certain agacement, pour ne pas dire colère, à l’égard des Aquitains qui défendent des points de vue différents des vôtres. N’est-ce pas l’élémentaire de la démocratie que de les exprimer ? », se défendent les militants.

Le président de Région a tout de même accepté de recevoir une délégation de ces farouches opposants « pour la rénovation des lignes actuelles ». Alain Rousset a promis « d’essayer d’obtenir un entretien avec les experts de RFF qui lui ont soumis un projet de LGV ». Il a également précisé que c’était Michèle Alliot-Marie qui était visée dans les propos rapportés. Charles D’Huyvetter, le président de TGV en Albret, qui était « à deux doigts de présenter un carton rouge à Alain Rousset » n’attend pas grand chose de cet entretien, persuadé que chacun va rester campé sur ses positions.

Quelques instants plus tard, dans l’enceinte du lycée hôtelier, où Alain Rousset présentait ses vœux décentralisés aux forces vives du Lot-et-Garonne, dans une salle comble, le président n’a fait aucune allusion publique à l’accrochage qui avait eu lieu. Il a seulement souligné que « les trains lents gênaient les trains rapides », et que la LGV « favoriserait la mobilité ».

Le Sud Ouest du 210111

Publié dans LGV, c'est NON! | Pas de Commentaire »

Saint-Jory. LGV : 1500 personnes pour une pétition

Posté par sauvegarde de pompignan le 19 janvier 2011

Lundi matin, des représentants des associations de défense contre le fuseau D de la LGV se sont réunis devant le Conseil Régional demandant l’ouverture rapide d’une étude de faisabilité du fuseau « Autoroute ». Thierry Fourcassier, porte-parole du Collectif pour la Sauvegarde des Villages, a déposé à l’intention de M. Malvy, président de Région plus de 1 500 signatures provenant des villages situés au nord de St Jory. De nombreux habitants de cette ville ont d’ailleurs participé à la campagne dont une quinzaine de commerçants et d’entrepreneurs.

A 14 heures les mêmes se sont retrouvés à Réseau Ferré de France où M. Castan les a reçu. Ils lui ont remis copies de ces signatures auxquelles se sont ajoutés les quelque 500 bulletins de Pompignan. Le matin comme l’après midi, M. Four cassier, pour le Collectif, a dénoncé la « rupture d’égalité de l’arrêté préfectoral qui soumet tout permis de construire en zone D à l’autorisation de RFF car un arrêté du même type aurait dû être pris sur le fuseau dit alternatif ». Il a aussi fait part du mécontentement général quant aux modalités de la 2° concertation initiée par RFF portant sur le fuseau D qui s’est déroulée en grande partie au moment des fêtes et le fait que des villages non concernés par ce fuseau aient été consultés alors qu’Ondes, impacté, ne l’était pas.

La Dépêche du Midi du 180111

Publié dans LGV, c'est NON! | Pas de Commentaire »

Les anti-LGV défilent à Bayonne

Posté par sauvegarde de pompignan le 12 décembre 2010

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi à Bayonne contre le projet de Ligne à Grande Vitesse qui relierait Bayonne à Hendaye. Parmi les manifestants : les maires et élus des 29 communes concernées.

voir la vidéo de TF1

Publié dans LGV, c'est NON! | Pas de Commentaire »

12345...13
 

Ecole Normale de Filles d’O... |
CLUB VOSGIEN THIONVILLE |
blog-du-cehysterd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aduanc
| M.L.R. Mouvement de Libérat...
| amicalelaiquesantec