Presse du 2 avril

Posté par sauvegarde de pompignan le 2 avril 2010

Bernard Péré, conseiller régional

Presse du 2 avril dans LGV bordeaux toulouse 201004021122_b100Nouvel élu d’Europe Écologie, Bernard Péré représentera le Lot-et-Garonne au conseil régional. Plusieurs dossiers l’attendent. Dont un en particulier, celui de la LGV sur lequel il est en désaccord avec la majorité de l’exécutif. Quelle est votre priorité ? C’est de faire en sorte que les… (Lire la suite)

Publié le 2/04/2010 par La Dépêche

LGV Toulouse-Paris : tout n’est pas réglé

201004021742_b100 dans LGV bordeaux toulouseSi le projet de LGV entre Paris et Toulouse, vient de franchir une nouvelle étape avec l’attribution au groupe Vinci du marché concernant le tronçon Tours-Bordeaux, plusieurs questions se posent encore sur le financement du projet. C’est en tout cas le sens de l’intervention qu’a faite hier… (Lire la suite)

Publié le 2/04/2010 par La Dépêche

Publié dans LGV bordeaux toulouse | Pas de Commentaire »

réponse de RFF

Posté par sauvegarde de pompignan le 28 mars 2010

Suite au courrier de Mr Malvy, RFF répond.

Plus de détails seront donnés à la fin du mois de Mars

lire le courrier en cliquant ICI

Publié dans Elus, LGV bordeaux toulouse | Pas de Commentaire »

Gare TGV et lignes de fractures

Posté par sauvegarde de pompignan le 11 mars 2010

LGV. La coordination agenaise milite pour le maintien à Agen de la future gare TGV.

Gare TGV et lignes de fractures dans LGV bordeaux toulouse 201003110982_w350Ce n’était pas un débat, faute de contradicteurs, plutôt une tribune d’opposition sur toute la ligne au projet de gare TGV excentrée : mardi soir, ils étaient près d’une centaine à avoir répondu à l’appel de la Coordination agenaise, pour venir entendre au Stadium un long et méticuleux argumentaire, qu’un participant résumait de cette formule savoureuse : « On veut une gare à Agen même ! »

Regardons vers Bordeaux… à chacun sa partie, c’est Christian Broucaret qui a sonné la charge, en sa qualité de porte-parole de la Fédération des associations d’usagers des transports en Aquitaine : « L’expérience prouve que lorsque le TGV n’arrive pas au centre de l’agglomération, elle se dévitalise. Et côté usagers, personne n’aime les ruptures de charge : les changements de train, de gare… Il est aussi intéressant d’observer qu’à Bordeaux, où la gare est au centre-ville et où la LGV est prévue pour 2015-2016, personne ne s’est posé la question une seconde de savoir s’il fallait externaliser la gare, ce débat semblerait totalement incongru ! »

Développement fantasmé. Le secrétaire départemental des cheminots CGT, Francis Portes, lui emboîte le pas, diaporama à l’appui : il commente les clichés éloquents de la gare TGV de Valence, mise en service il y a près de dix ans, posé au milieu des champs… « et des parkings Effia, une filiale de la SNCF ». Histoire de démontrer, explique-t-il, que le potentiel d’urbanisation au nom duquel les élus réclament des gares excentrées relève du fantasme.

400 000 voyageurs. Conseiller communautaire et élu agenais d’opposition, Alain Bédouret (Les Verts) rappelait quant à lui que la coordination milite pour un TGV circulant « à 200 ou 220 km/heure », avant de refaire l’historique du projet pour émettre de gros doutes sur l’avantage comparatif, en termes financiers, d’une gare en périphérie.

Et de conclure : « Ce sont les mêmes qui veulent ramener les gens au centre-ville d’Agen avec un multiplexe et qui laissent filer les 400 000 voyageurs drainés par le TGV. »

Environnement. Philippe Barbedienne, pour la Sepanso*, liste toutes les bonnes raisons de s’opposer à un projet qui va à l’encontre des prescriptions du Grenelle de l’Environnement, qui prévoit de densifier les centres urbains en préservant la campagne.

* Fédération des sociétés pour l’étude, la protection et l’aménagement de la nature dans le Sud-Ouest.

Sauvegarde de Pompignan

Publié le 11/03/2010 10:12 par La Dépêche

Publié dans LGV bordeaux toulouse | Pas de Commentaire »

Débat LGV entre Malvy et Barèges

Posté par sauvegarde de pompignan le 9 mars 2010

Débat LGV :  à partir de la 25 ème minute et 33 secondes. Cliquez sur l’image ci-dessous

malvybarges.jpg

Sauvegarde de Pompignan

Publié dans LGV bordeaux toulouse | Pas de Commentaire »

RFF démarre les inventaires écologiques

Posté par sauvegarde de pompignan le 23 février 2010

 

RFF démarre les inventaires écologiques dans LGV bordeaux toulouse chasseursetlapin     lire la suite …

Publié dans LGV bordeaux toulouse | Pas de Commentaire »

LGV – Ils cherchent la petite bête…

Posté par sauvegarde de pompignan le 22 février 2010

LGV - Ils cherchent la petite bête... dans LGV bordeaux toulouse article_2202-TOU03-HERONPOURPRETGV De vastes inventaires écologiques démarrent le long du tracé

Éviter qu’une espèce protégée, végétale ou animale, ne devienne la bête noire du TGV. C’est l’objectif des grands « inventaires écologiques » lancés par Réseau ferré de France (RFF) sur l’itinéraire de la future Ligne à grande vitesse qui doit relier Toulouse à Bordeaux « En cette Année de la biodiversité, c’est l’un des premiers grands projets d’infrastructure à bénéficier d’un tel dispositif, assure-t-on au service environnement des grands projets Sud-Ouest. Non seulement ces investigations seront menées sur les fuseaux de passage larges de 1 000 m, mais aussi sur 1 000 m de part et d’autre ».

Un impact sur le projet
La tâche est colossale. Elle va durer deux ans, coûter 4 millions d’euros à RFF, et envoyer « une centaine de personnes battre la campagne. Les recensements ont déjà commencé pour certains amphibiens et insectes. Les visons et cistudes (tortues) d’Europe seront particulièrement étudiés. L’ornithologue Jean Joachim entrera en scène, lui, « au printemps ». Il est associé aux inventaires par le biais de l’association régionale ornithologique de Midi-Pyrénées. « Nous allons notamment nous pencher sur le héron pourpré, un oiseau protégé qui vit dans la vallée de la Garonne », explique-t-il. Ce spécialiste est persuadé qu’il y aura « des couacs sur certaines espèces » mais voit dans ces recensements poussés « une opportunité d’affiner la connaissance des milieux ». RFF assure que ce grand déploiement aura des conséquences concrètes sur le projet. Trois niveaux de réponses sont prévus. D’abord l’évitement pur et simple des espèces repérées. Ensuite une « limitation de l’impact », par la construction de passages pour la grande faune ou les petits amphibiens par exemple. La dernière et ultime solution sera « une compensation par la création d’un nouveau milieu protégé ».

Hélène Ménal

LAISSER-PASSER
Les « enquêteurs » chargés des inventaires sont autorisés par arrêté préfectoral à pénétrer de jour comme de nuit sur les propriétés privées, après en avoir informé leurs propriétaires. En Haute-Garonne l’arrêté date du 14 décembre.

Publié le 19/02/2010 06:50 par Le 20Minutes

Publié dans LGV bordeaux toulouse | 1 Commentaire »

La LGV toujours

Posté par sauvegarde de pompignan le 22 février 2010

courrier des lecteurs

« Agen-Paris : 3 h par la LGV : très séduisant mais un tantinet utopiste ».

Tous connaissent le projet détaillé et présenté depuis plus de vingt ans. Beaucoup se questionnent sur les délais de réalisation et surtout sur la participation financière de chacun d’entre nous. Une multitude s’interroge sur la nécessité du projet ou sur la corrélation établie entre le coût, l’utilité et la rentabilité.

Une minorité croit « dur comme fer » à une réalisation future non définie. Une infime minorité œuvre en catimini sur quelques points qui intéressent la multitude : -Le tracé de la LGV ;

-L’implantation de la gare et des infrastructures la desservant.

Dernièrement, une carte éditée par RFF (Réseau ferré de France) en couleur, sur papier glacé, a donné l’ébauche du fuseau (1 000 m) retenu pour la LGV ainsi que deux points retenus pour l’implantation de la future gare LGV (Roquefort et Sainte-Colombe-en-Bruilhois).

Et bien, pour aussi curieux que cela puisse paraître, la ligne de chemin de fer enjambant la Garonne et croisant la future ligne LGV sur la commune de Layrac ne figure pas sur cette carte. Inconnue, disparue, évaporée.

Passer sous silence ne veut pas dire oublier.

D’ailleurs, il se pourrait qu’au détour de la présentation de la réforme territoriale, le secteur concerné oublié puisse ressurgir afin de demander à ce même secteur de contribuer aux frasques engagées pour la réalisation des liaisons entre l’ancienne et la nouvelle gare LGV.

Pourquoi faut-il ignorer des structures existantes ?

Pourquoi amonceler sur un même site une multitude de liaisons si denses et inextricables que l’on pourrait penser à un nœud gordien.

À moins que les désirs de certains ne soient pas dénués d’intérêt auquel cas seul un vote des populations concernées peut avaliser un choix que, de toute façon, elles devront assumer. »

Publié le 22/02/2010 03:50 par LaDépêche

Publié dans LGV bordeaux toulouse | Pas de Commentaire »

LGV : Rencontre avec RFF le 19 février 2010.

Posté par sauvegarde de pompignan le 21 février 2010

Une réunion de concertation

Le collectif régional, « Union pour la Sauvegarde des Villages », regroupant 17 villes, a été reçu par Réseau Ferré de France au sujet du tracé de la LGV compris entre le Sud de Montbartier et Saint-Jory. Etaient également présents à cette réunion des élus de la zone concernée ainsi que deux autres associations, l’une de Castelnau et l’autre de Bruguière. La Direction Départementale du Territoire et des membres du bureau d’étude assistaient également au débat.

Les tracés et fuseaux de RFF

Le tracé actuellement pressenti est celui comprenant un tunnel à Pompignan et deux ponts pour enjamber deux fois le canal du midi : une première fois au niveau de Saint-Rustice et une seconde fois dans la zone des « 3ponts », au nord de Saint-Jory, avec raccord sur l’existant.Le 11 janvier, le COPIL a demandé à RFF une extension de la zone d’étude afin de compléter leur recueil de données. La première extension proche de la Garonne semble « irréalisable » pour une LGV, selon Mr Castan chef du pôle RFF/GPSO, bien que l’étude de la faisabilité ne soit pas encore terminée. RFF précise que la seconde extension de l’étude dans la forêt de Montech n’a pas été prévue pour analyser la faisabilité  d’un tracé mais uniquement pour relever des données expérimentales. Donc, à l’heure actuelle, un tracé longeant l’autoroute côté forêt de Montech est rejeté.

La force du collectif : sa cohésion et le soutien des élus locaux

Le collectif régional regroupe les associations et les Conseils Municipaux des villes de Saint-Jory, Ondes, Castelnau d’Estretefonds, Saint-Rustice, Pompignan, Grisolles, Dieupentale, Verdun sur Garonne, Campsas, Canals, Fabas, Montbartier, Lacourt Saint-Pierre, Montbeton, Labastide Saint-Pierre, Benis. Seules les municipalités de Saint-Jory et Castelnau d’Estretefonds ne soutiennent pas le collectif et ne s’opposent pas au tracé actuellement prévu par RFF. Le collectif a demandé aux candidats des élections régionales de se positionner clairement. Un débat est envisagé et plusieurs candidats en ont déjà accepté le principe : Europe Ecologie, Majorité Présidentielle, MODEM, Front de Gauche. Europe Ecologie, Majorité Présidentielle et MODEM sont favorables à un tracé le long de l’autoroute et « au plus prés » conformément à la demande du collectif. Le mercredi 10 février, au Conseil Régional, par son porte parole sur ce sujet, la liste PS-PRG a accepté un tracé dans le Frontonnais côté « Ouest », accolé au plus prés de l’autoroute. Les vignes situées principalement côté « Est » seraient ainsi totalement préservées.Les réunions se multiplient entre les représentants des préfets, candidats aux élections, députés, sénateurs mais aussi au niveau du ministre Mr Borloo et du secrétaire d’état aux transports Mr Bussereau.

La demande du collectif

Le principal critère considéré par le collectif repose sur le nombre d’habitations impactées. Plusieurs simulations ont été réalisées avec impact direct et indirect en habitations. Quelques soient les simulations, le résultat est sans appel : le tracé du collectif préserve le plus d’habitations. Les deux autres critères considérés par le collectif sont l’impact sur les domaines céréaliers et l’impact sur les domaines viticoles. Tous deux sont préservés dans leur quasi-totalité. Le collectif, en toute objectivité, ne peut et ne cédera donc pas. Il faut étudier ce tracé possible avec à un raccord au niveau de la gare de triage située au sud de Saint-Jory et non au nord de Saint-Jory. Il faut pour cela élargir le périmètre d’étude jusqu’au sud de Saint-Jory. Mr Castan insiste sur le fait qu’il ne peut prendre seul la décision de réaliser une étude sans l’aval des décideurs, c’est-à-dire des politiques ou des préfets de région.Le collectif juge inacceptable d’être bloqué par des prétextes administratifs restrictifs allant à l’encontre de toute considération républicaine et démocratique. En ce qui concerne Castelnau d’Estretefonds, le collectif demande la réalisation d’un tunnel, similaire à celui proposé à Pompignan. Cette demande du collectif s’appuie sur des raisons techniques pour une mise en adéquation de l’angle d’inclinaison de la trajectoire du TGV avec la vitesse du TGV. En outre, ce tunnel demandé par le collectif dans le coteau situé à la frontière de Castelnau suivant l’autoroute permettrait d’avoir un impact nul en habitations direct ou indirect pour la zone des Hebrai situé en haut du coteau et pour toute la commune.Le collectif regrette vivement que la meilleure solution pour tout le monde ne puisse au minimum être étudiée et compte donc maintenant utiliser tous les leviers de pression possible

Par Pascale Binet Samedi 20 février 2010

Publié dans LGV bordeaux toulouse | Pas de Commentaire »

Pour un TGV vers Narbonne

Posté par sauvegarde de pompignan le 19 février 2010

Ils ne veulent pas attendre dix ans pour voir relier Toulouse à Barcelone en TGV et en 1 h 30. D’une même voix, le président de la région, Martin Malvy, et son homologue de la Généralité de Catalogne, José Montilla, ont indiqué hier leur intention de « peser sur le développement de cette ligne à grande vitesse ». D’ici 2012, la capitale catalane sera reliée à Perpignan. Six ans plus tard, le TGV mettra Bordeaux à une heure Toulouse. Restera à relier les 150 km entre la Ville rose et Narbonne. Évalué à 2 milliards d’euros, ce tronçon fait l’objet de premières études dont les résultats seront connus d’ici six mois.

Publié le 19/02/2010 06:50 par Le 20Minutes

Publié dans LGV bordeaux toulouse | Pas de Commentaire »

« La ligne grande vitesse Bordeaux-Toulouse, c’est 2018 et non 2020 ! »

Posté par sauvegarde de pompignan le 26 janvier 2010

Martin Malvy (PS), le président de la région, à l’adresse de Réseau ferré de France, le maître d’ouvrage de la LGV. « Les collectivités locales entendent que le calendrier soit respecté, et y veilleront », a ajouté l’élu.

Publié le 25/01/2010 03:31 par Le 20min

Publié dans LGV bordeaux toulouse | Pas de Commentaire »

1...89101112
 

Ecole Normale de Filles d’O... |
CLUB VOSGIEN THIONVILLE |
blog-du-cehysterd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aduanc
| M.L.R. Mouvement de Libérat...
| amicalelaiquesantec