LGV : « La confiance avec RFF est rompue »

Posté par sauvegarde de pompignan le 23 avril 2011

Réseau Ferré de France (RFF) a réaffirmé, hier, sa volonté de privilégier le tracé «D» pour l’axe Toulouse/Agen de la future LGV. Les élus de Tarn-et-Garonne sont en colère.

Réseau ferré de France (RFF) a présenté, hier à Toulouse à des élus et des associations du Tarn-et-Garonne et de la Haute-Garonne, une étude de faisabilité sur une variante du tracé de la LGV Bordeaux-Toulouse. Cette variante repose sur un jumelage plus étroit avec l’A 62 dans le secteur allant du Sud de Campsas jusqu’à un raccordement à la ligne existante plus au sud de Toulouse. RFF a notamment analysé trois variantes de tracé alternatif qui ont été comparées aux variantes de tracé dans le fuseau «D». Selon RFF, cette comparaison montre que les «hypothèses de tracé dans le fuseau «D» sont préférables tant pour l’environnement que le milieu humain et les coûts». Cette affirmation n’a pas été appréciée par les élus et les représentants des associations du Tarn-et-garonne. La députée PRG du Tarn-et-Garonne, Sylvia Pinel a même qualifié la réunion de «mascarade». «Je suis scandalisée !» a-t-elle précisé. «Depuis le début du projet LGV, dont nous comprenons les enjeux économiques, nous nous battons, élus et associations, pour que le tracé impacte le moins possible les populations dans notre département. Pour rappel, le Tarn-et-Garonne compte 70 km de voie LGV… Or la concertation proposée n’est qu’un alibi, sans contenu, irrespectueux des riverains et des élus locaux dont je partage la colère.»

Le Tarn-et-Garonne gèle son financement

Dans ce contexte, le président du conseil général de Tarn-et-Garonne, Jean-Michel Baylet, a réaffirmé hier sa position: « Il est hors de question que nous nous engagions financièrement à hauteur de 25,2 M€ tant que nos demandes ne sont pas entendues. Avec la députée Sylvia Pinel, et en présence du préfet, j’ai signifié aux responsables de RFF que la convention financière ne serait présentée à l’Assemblée départementale qu’une fois satisfaites les demandes des élus et des riverains que nous relayons depuis maintenant plus d’un an auprès des diverses instances.»

Jean-Michel Baylet a également proposé que soit recruté(e) prochainement un(e) «M ou Mme LGV» pour aider les communes à bien appréhender les impacts d’une telle infrastructure, et obtenir les compensations les plus appropriées.»


Le Lot-et-Garonne va financer le tronçon Tours-Bordeaux

Le conseil général de Lot-et-Garonne a voté hier sa participation au financement du tronçon de la LGV Tours-Bordeaux. Le département va verser 34 millions d’euros grâce à un emprunt sur 50 ans qui coûtera 1,2 million d’euros par an. Le vote, qui intervenait hier lors de la cession budgétaire, a été marqué par des divergences au sein de la majorité de gauche comme de l’opposition de droite. Au final, l’assemblée a adopté le financement par 25 voix pour, 13 contre et 2 abstentions.

La Dépêche du Midi du 210411

 

Ecole Normale de Filles d’O... |
CLUB VOSGIEN THIONVILLE |
blog-du-cehysterd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aduanc
| M.L.R. Mouvement de Libérat...
| amicalelaiquesantec