• Accueil
  • > Archives pour janvier 2011

vidéo de la réunion publique à Saint jory sur la LGV

Posté par sauvegarde de pompignan le 30 janvier 2011

voir les vidéos suivantes suite à la réunion publique du 27 janvier sur la LGV. Réunion avortée par des opposants à la LGV et au tracé le long de l’autoroute. Une crise d’hystérie, qui n’a aboutit à rien à part un mécontentement général et une panique générale.

cliquez sur le titre pour lire les vidéos

 Thierry fourcassier porte parole de USV  vidéo1

 Thierry fourcassier porte parole de USV  Vidéo2

François SIMON vice président Europe Ecologie les verts du conseil général 

Robert CLARACO, directeur du d’études ferroviaires et commissaire enquêteur.

 Déplorable que certains opposants à cette LGV soit venus perturber une réunion qui se veut être publique et ouverte à toutes personnes sensées voulant s’exprimer et voulant écouter les autres.

Cette réunion a été perturbée par des hurlements, injures, gestes obsènes avant de partir en activant volontairement la sirène incendie coupant ainsi l’électricité générale. Résultat environ 250 personnes paniquées à cause de personnes hystériques et dangereuses pour les autres.

Publié dans LGV bordeaux toulouse | 1 Commentaire »

LGV : pour mieux comprendre la situation

Posté par sauvegarde de pompignan le 29 janvier 2011

Le premier objectif de RFF est d’éviter les habitations. Tout propos volontairement alarmiste laissant imaginer un tracé LGV de 30 m touchant de nombreuses habitations et entreprises est donc totalement dépourvu de sens et ne peut avoir malheureusement comme conséquence que d’effrayer inutilement la population de ces quartiers. Début 2011, Réseau Ferré de France proposera des tracés dans la bande actuelle de 2000 m de large dont vous avez pris connaissance.

lire les tracts ci dessous.

LGV : pour mieux comprendre la situation  dans LGV bordeaux toulouse pdf tractlgvbruguieres.pdf

pdf dans LGV bordeaux toulouse tractlgvsaintjory.pdf

pdf tractlgvsaintsauveur.pdf

pdf tractlgvlespinasse.pdf

Publié dans LGV bordeaux toulouse | 2 Commentaires »

Réseau Ferré de France : le tracé définitif de la LGV devrait être validé en fin d’année

Posté par sauvegarde de pompignan le 29 janvier 2011

le 28.01.2011 à 17h39 - ObjectifNews.com

Réseau Ferré de France : le tracé définitif de la LGV devrait être validé en fin d’année dans LGV bordeaux toulouse rff_0

Lors de ses vœux ce vendredi 28 janvier, Christian Dubost, directeur régional de Réseau Ferré de France (RFF), a dressé l’inventaire des principaux projets de 2011 et leur calendrier. L’année s’annonce décisive avec le choix du tracé de la ligne à grande vitesse Bordeaux – Toulouse en fin d’année. RFF travaille également avec le futur opérateur ferroviaire de proximité et annonce 167 millions d’euros investis en 2011 en Midi-Pyrénées.

Petit à petit, le Grand Projet Sud-Ouest GPSO (autrement dit, la ligne à grande vitesse Bordeaux – Toulouse et Bordeaux – Espagne) prend forme. Christian Dubost a précisé les prochaines échéances. Actuellement, un fuseau d’un kilomètre de large a été approuvé par l’État. Une demande d’étude complémentaire a également été formulée par Jean-Louis Borloo (ministre de l’Écologie, de Énergie, du Développement durable et de la Mer), et Dominique Bussereau (secrétaire d’État aux transports). En cours, elle consiste en une étude de faisabilité d’une variante du tracé plus proche de l’autoroute A62 dans sa partie Sud, de Campsas à Toulouse. Une alternative notamment défendue par l’Union pour la Sauvegarde des Villages.

Et maintenant ? « RFF recherche le meilleur tracé possible », explique Christian Dubost. La réalisation d’une nouvelle gare à Montauban a été actée. La comparaison des hypothèses de tracés se poursuivra pendant le premier trimestre de cette année. En mai est prévue une consultation du grand public, avant la sélection du tracé à approfondir début juin. De juillet à septembre, place au dernier temps de concertation, avant que le comité de pilotage décide du tracé à soumettre au ministère en octobre. L’approbation ministérielle est attendue en fin d’année, la préparation de l’enquête publique consécutive aura lieu en 2012 avant que cette dernière ait lieu en 2013. La mise en service de la LGV est attendue pour 2020. Manque encore l’accord financier de plusieurs grandes collectivités, dont le Conseil régional de Midi-Pyrénées, portant sur le financement du tronçon préalable Tours – Bordeaux. Liée au projet de GPSO, l’augmentation de capacité ferroviaire entre Toulouse et Saint-Jory, section la plus chargée de Midi-Pyrénées, sera aussi étudiée cette année.

Gares satellites

Selon Christian Dubost, l’arrivée de la LGV n’aura pas pour conséquence la création d’une nouvelle gare à court ou moyen terme à Toulouse. « Ce sont les TER, et pas les TGV, qui font que Matabiau arrive à saturation en termes de trains. Pour 2020, on tiendra. A horizon 2030, ce ne sera sans doute plus le cas, nous attaquons justement cette réflexion. » Pour autant, Christian Dubost n’exclut pas la possibilité de créer de nouvelles gares satellites à Toulouse, afin de désengorger le trafic TER en gare de Matabiau. Des arrêts qui profiteraient « aux nombreux voyageurs pendulaires qui viennent travailler sur Toulouse mais qui n’ont pas forcément besoin d’aller jusqu’à Matabiau et qui pourraient s’arrêter à proximité d’un nœud de transports en commun. C’est une solution parmi d’autres sur laquelle nous allons travailler avec l’État et la Région. »

Une gare supplémentaire pourrait également voir le jour dans le Sud-Est toulousain. RFF travaille sur cette hypothèse : « Nous nous demandons si elle aurait un intérêt dans le cadre de la mise à grande vitesse de la ligne Toulouse – Narbonne », poursuit Christian Dubost. Un dossier qui en est encore à ses balbutiements : les pré-études fonctionnelles de ce projet de liaison ne devrait s’achever qu’à l’automne prochain. Dix scénarios sont en lice.

Plus de capacités pour Matabiau

Christian Dubost a également évoqué le Plan Rail et ses projets. Parmi eux, le doublement partiel sur 18 km de la voie ferrée Toulouse – Saint-Sulpice, le programme de renouvellement de voies… 167 millions d’euros devraient être investis au global par RFF en Midi-Pyrénées, dont plus de la moitié en fonds propres. Autre gros dossier du Plan Rail, l’augmentation de capacité de la gare Matabiau. Les études préliminaires ont établi un fonctionnement en trois blocs indépendants liés aux zones géographiques desservies. Montant estimé des aménagements : 33,69 millions d’euros.

Le directeur régional de RFF a également eu un mot pour le fret, dont l’activité a baissé en France en 2010. Christian Dubost lui attribue « de belles perspectives », notamment grâce à la création d’un Opérateur ferroviaire de proximité (OFP). Cette société baptisée Agenia offrira un service de transport adapté aux besoins des entreprises régionales (wagon isolé, …). Denjean (logistique) et Egenie (travaux de voirie) en sont actionnaires. Les premières circulations sont attendues pour la fin de l’année.

Mikaël Lozano

Publié dans LGV bordeaux toulouse | Pas de Commentaire »

« Grande réunion publique du collectif « Union pour la Sauvegarde des Villages »

Posté par sauvegarde de pompignan le 25 janvier 2011

lire l’article en cliquant sur l’image

capturer1.jpg

Publié dans LGV bordeaux toulouse | Pas de Commentaire »

« LGV : la chambre d’agriculture 31 hausse le ton »

Posté par sauvegarde de pompignan le 25 janvier 2011

lire l’article en cliquant sur l’image

capturer2.jpg

 

Publié dans LGV, c'est NON! | 1 Commentaire »

Réunion publique le 27 janvier sur la LGV

Posté par sauvegarde de pompignan le 21 janvier 2011

Le Collectif “Union pour la Sauvegarde des Villages” organise

une réunion publique le 27 Janvier 2011 à 20h30 au foyer rural de Saint Jory.

Cette réunion se déroulera en présence du Cabinet d’Etudes CLARACO.

Ce cabinet d’études a été mandaté par le collectif en 2010 pour réaliser une étude comparative sur le tracé alternatif le long de l’autoroute A62 proposé par l’USV.

Lors de cette réunion capitale pour nous tous, le cabinet CLARACO comparera et analysera les impacts entre le tracé alternatif le long de l’autoroute (tracé USV) et le tracé proposé par RFF, appelé tracé D. 

Toutes les questions pourront être posées afin que chacun puisse avoir une vision claire et précise de ce qui nous attend.

Nous sommes à la veille de la décision définitive. 

Plus que jamais, il est très important de nous mobiliser massivement, afin de nous faire entendre.

Publié dans POMPIGNAN | Pas de Commentaire »

Un comité d’accueil musclé

Posté par sauvegarde de pompignan le 21 janvier 2011

Alain Rousset, venu présenté ses vœux, a été accueilli par les sifflets des militants de Très grande vigilance en Albret, opposants à la LGV.

Ils étaient très en colère les militants de Très grande vigilance en Albret et de la Coordination 47, opposants à la LGV. En colère contre Alain Rousset, et les manifestants (une cinquantaine selon les gendarmes, 70 selon la Coordination 47, collectif qui regroupe les associations) lui ont largement fait savoir. Le président de Région a bien tenté une arrivée décontractée en allant à la rencontre des militants. Tentative qui a tourné court. Les manifestants l’ont accueilli non seulement avec des sifflets et des « mots doux », mais également avec une tarte à la crème…

Débat techniqueCe qui a déclenché cette nouvelle opération coup-de-poing ? Les déclarations d’Alain Rousset lors de ses vœux à la presse (lire « Sud Ouest » du 14 janvier), où le président de Région a durement fustigé les opposants à la LGV, qualifiant les arguments des opposants de « débiles » et « absurdes ». Des mots que l’on retrouvait en bonne place sur les pancartes. « Vos mots qui ne furent pas tendres à notre égard, révèlent un certain agacement, pour ne pas dire colère, à l’égard des Aquitains qui défendent des points de vue différents des vôtres. N’est-ce pas l’élémentaire de la démocratie que de les exprimer ? », se défendent les militants.

Le président de Région a tout de même accepté de recevoir une délégation de ces farouches opposants « pour la rénovation des lignes actuelles ». Alain Rousset a promis « d’essayer d’obtenir un entretien avec les experts de RFF qui lui ont soumis un projet de LGV ». Il a également précisé que c’était Michèle Alliot-Marie qui était visée dans les propos rapportés. Charles D’Huyvetter, le président de TGV en Albret, qui était « à deux doigts de présenter un carton rouge à Alain Rousset » n’attend pas grand chose de cet entretien, persuadé que chacun va rester campé sur ses positions.

Quelques instants plus tard, dans l’enceinte du lycée hôtelier, où Alain Rousset présentait ses vœux décentralisés aux forces vives du Lot-et-Garonne, dans une salle comble, le président n’a fait aucune allusion publique à l’accrochage qui avait eu lieu. Il a seulement souligné que « les trains lents gênaient les trains rapides », et que la LGV « favoriserait la mobilité ».

Le Sud Ouest du 210111

Publié dans LGV, c'est NON! | Pas de Commentaire »

Selon Réseau Ferré de France « le tracé proposé par le collectif ne possède aucune contrainte »

Posté par sauvegarde de pompignan le 21 janvier 2011

Selon Thierry Fourcassier, porte parole du Collectif Régional « Union pour la Sauvegarde des Villages » : « la proposition alternative utilise une meilleure intégration dans le milieu naturel afin de respecter les contraintes grande vitesse d’une LGV ». L’étude du cabinet d’études ferroviaires CERCL a confirmé la faisabilité technique de la proposition du Collectif Régional. Le cabinet d’études de RFF reconnait lui-même que la solution alternative autoroute  respecte davantage ce paramètre du cahier des charges que la proposition « D ». En effet et selon RFF  « le tracé  proposé par le collectif ne possède aucune contrainte de courbure limitant la vitesse, les trains à grande vitesse  peuvent effectivement reprendre une vitesse plus élevée ». Pour Bruno Lecomte, Président du Collectif Régional : « Au  vu du prix moyen d’une LGV qui se monte à 20 millions d’euros le km, il est primordial de la construire sur des  trajectoires permettant d’aller le plus longtemps possible à de grandes vitesses. La grande vitesse est un des paramètres essentiels pour un TGV, si l’on n’en tenait pas compte, il serait plus judicieux d’aménager les voies  existantes car le coût en serait bien moindre. » Ainsi,  avec des rayons de courbures plus adaptés, la proposition du  Collectif Régional USV, selon les avis du cabinet d’études CERCL et du cabinet d‘études de RFF, permet d’optimiser le critère grande vitesse d’une LGV.

Publié dans LGV bordeaux toulouse | 4 Commentaires »

Saint-Jory. LGV : 1500 personnes pour une pétition

Posté par sauvegarde de pompignan le 19 janvier 2011

Lundi matin, des représentants des associations de défense contre le fuseau D de la LGV se sont réunis devant le Conseil Régional demandant l’ouverture rapide d’une étude de faisabilité du fuseau « Autoroute ». Thierry Fourcassier, porte-parole du Collectif pour la Sauvegarde des Villages, a déposé à l’intention de M. Malvy, président de Région plus de 1 500 signatures provenant des villages situés au nord de St Jory. De nombreux habitants de cette ville ont d’ailleurs participé à la campagne dont une quinzaine de commerçants et d’entrepreneurs.

A 14 heures les mêmes se sont retrouvés à Réseau Ferré de France où M. Castan les a reçu. Ils lui ont remis copies de ces signatures auxquelles se sont ajoutés les quelque 500 bulletins de Pompignan. Le matin comme l’après midi, M. Four cassier, pour le Collectif, a dénoncé la « rupture d’égalité de l’arrêté préfectoral qui soumet tout permis de construire en zone D à l’autorisation de RFF car un arrêté du même type aurait dû être pris sur le fuseau dit alternatif ». Il a aussi fait part du mécontentement général quant aux modalités de la 2° concertation initiée par RFF portant sur le fuseau D qui s’est déroulée en grande partie au moment des fêtes et le fait que des villages non concernés par ce fuseau aient été consultés alors qu’Ondes, impacté, ne l’était pas.

La Dépêche du Midi du 180111

Publié dans LGV, c'est NON! | Pas de Commentaire »

Plan rail : le plus gros chantier lancé

Posté par sauvegarde de pompignan le 19 janvier 2011

Les travaux de doublement de la voie entre Toulouse et Saint-Sulpice nécessitent la fermeture de la ligne pendant plus de 4 mois. Un chantier très lourd pour 200M€.

C’est le chantier le plus emblématique du Plan Rail Midi-Pyrénées avec l’étoile ferroviaire de Capdenac inaugurée en novembre. Les travaux de doublement partiel de la ligne Toulouse Saint-Sulpice sont bel et bien lancés. Ils auront un inévitable impact pour les voyageurs puisque la circulation devra être interrompue pour quatre mois et demi à compter du 2 mai. Il faudra alors abandonner le train pour l’autocar avec un système de navettes mises en place par la SNCF entre Toulouse-Albi et Saint-Sulpice-Mazamet.

Hier, représentants du préfet, du conseil régional, de la SNCF et de Réseau Ferré de France, se sont rendus à Montbartier (31), plus précisément au pont de Bilarel, un des ouvrages qui devra être totalement reconstruit pour autoriser le passage de deux voies ferrées. Ce chantier donne la pleine mesure de l’effort financier consacré à un plan Rail qui, au global, s’élève à 820M€, dont 400M€ à la charge de la région Midi-Pyrénées. L’État, « à la surprise générale », a ajouté 100M€ aux 93 M€ qu’il avait déjà versés au titre de sa participation. Un effort souligné hier par Françoise Souliman, secrétaire générale de la préfecture, qui permet de fait à la Région d’accroître son propre budget consacré cette fois aux routes.

Le doublement partiel de la ligne entre Toulouse et Saint-Sulpice était évoquée depuis des décennies. « C’est une des lignes les plus chargées de France, sur laquelle passent 68 trains par jour », précise Pierre Meyer, le directeur régional de la SNCF.

Les travaux sur cette voie unique conditionnent surtout le développement du TER sur le quart nord-est de la région. L’opération coûte à elle seule 200M€ financée majoritairement par la Région, mais aussi par l’État, l’Union européenne et RFF. Il s’agit de poser 18 km de voies neuves, de doubler vingt ponts-rails, de recréer quatre ponts-routes, de remplacer par du béton 30 000 traverses, sans parler de la refonte de tout le système de sécurité et de signalisation.

Mais, compte tenu du niveau des ressources locales, ce plan Rail risque de rester longtemps unique en son genre. « Si c’était à refaire, nous ne pourrions pas. Les Régions n’ayant plus la capacité de faire évoluer leurs recettes, elles ne peuvent plus engager d’opérations lourdes. Aucune Région ne pourrait aller aujourd’hui sur un tel projet », rappelle Martin Malvy, le président de la Région. Autrement dit, Midi-Pyrénées est passée juste.

La Dépêche du Midi du 180111

Publié dans Nuisance | Pas de Commentaire »

 

Ecole Normale de Filles d’O... |
CLUB VOSGIEN THIONVILLE |
blog-du-cehysterd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aduanc
| M.L.R. Mouvement de Libérat...
| amicalelaiquesantec