La gare marmandaise en sursis d’après les anti-LGV

Posté par sauvegarde de pompignan le 12 décembre 2010

Les opposants à la LGV ont exposé jeudi leurs craintes quant à la survie de la gare SNCF.

 La gare marmandaise en sursis d'après les anti-LGV  dans LGV bordeaux toulouse 264182_15119253_460x306

Après Agen, Tonneins et une longue liste de communes lot-et-garonnaises, la tournée des réunions d’information menée par les anti-LGV a fait étape, jeudi soir, par Marmande. Et à coup d’arguments bien rodés, les représentants de la Coordination 47 – le groupement qui fédère l’ensemble des associations opposées au projet de construction d’une ligne à grande vitesse – n’ont pas eu de mal à rallier à leur cause un auditoire déjà en partie convaincu.

« Contrairement à ce que Réseau Ferré de France veut nous faire croire, rien n’est encore acté, a ainsi assuré Alain Dewerdt. Toutes les collectivités locales ne sont pas d’accord. » Et le président de l’Association de sauvegarde des Landes et des Coteaux de Gascogne de comparer, point par point, le programme de la LGV avec le projet défendu par la Coordination 47.

OAS_AD(‘Position1′); dans LGV bordeaux toulouse

« Pas opposés au progrès »

« Nous ne sommes pas des opposants au progrès. Nous militons pour le réaménagement des lignes existantes. Le gain de temps serait quasiment identique, à six minutes près, pour un budget inférieur de six milliards d’euros. »

Soit. Mais quel rapport entre la cité marmandaise, assez éloignée du tracé de la ligne voulue par RFF et le combat des anti-LGV ? « Il faut être clair, a lancé Bernard Faucon-Lambert, président de la Communauté de communes du Val d’Albret et coprésident d’Alternatives LGV. Si RFF va au bout de son projet, vous pouvez dire adieu à la gare SNCF de Marmande. »

Une ligne sous-utilisée

Les anti-LGV l’affirment. La voie actuelle entre Bordeaux et Agen n’est utilisée qu’à 50 % de son potentiel. Aujourd’hui, les trains de grande circulation, comme les Téoz et les Intercités, font étape par Marmande. Mais ils seront délocalisés sur la LGV, si celle-ci devient une réalité. La cité de la Tomate ne conservant alors plus que des TER. « Et RFF vient d’annoncer que l’argent manquait pour entretenir ce genre de petites lignes, ajoute Bernard Faucon-Lambert. On ne doit pas se raconter d’histoires. À terme, elles sont condamnées. De toute façon, la LGV n’est pas faite pour les habitants du Lot-et-Garonne. Mais pour Toulouse. » « J’ai proposé au Conseil municipal de vous inviter à l’une de nos séances de travail. J’attends une réponse », a lâché Michel Céruti, élu communiste de Marmande. En attendant, les anti-LGV manifesteront aujourd’hui, à 13 h 30, devant la gare de la ville.

SudOuest 11 décembre 2010

Laisser un commentaire

 

Ecole Normale de Filles d’O... |
CLUB VOSGIEN THIONVILLE |
blog-du-cehysterd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aduanc
| M.L.R. Mouvement de Libérat...
| amicalelaiquesantec