• Accueil
  • > Archives pour septembre 2010

Communiqué de Jean Louis Borloo

Posté par sauvegarde de pompignan le 29 septembre 2010

COMMUNIQUE DE PRESSE

Grenelle Environnement :

Jean-Louis BORLOO dévoile le fuseau de passage des

LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne

Communiqué de Jean Louis Borloo dans LGV bordeaux toulouse pdf 20100928borloo.pdf

Publié dans LGV bordeaux toulouse | Pas de Commentaire »

LGV : Carte du fuseau pour approbation ministérielle

Posté par sauvegarde de pompignan le 28 septembre 2010

Visite le 28 septembre 2010 de Jean-Louis BORLOO, Ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat sur la thématique ferroviaire.

Télécharger la carte du fuseau pour approbation ministérielle du 28/09/2010.

Publié dans LGV bordeaux toulouse | 1 Commentaire »

LGV Sud-Ouest: tracé validé, financement en passe d’être bouclé

Posté par sauvegarde de pompignan le 28 septembre 2010

BORDEAUX – Le couloir dans lequel va s’inscrire le tracé de la LGV qui doit relier Bordeaux à l’Espagne et Toulouse a été définitivement arrêté et le financement des travaux par les collectivités est proche d’être bouclé, a annoncé mardi à Bordeaux le ministre de l’Ecologie, Jean-Louis Borloo.

LGV Sud-Ouest: tracé validé, financement en passe d'être bouclé dans LGV bordeaux toulouse 37230_un-tgv

« On a arrêté le tracé, le fuseau (d’un km de large qui doit accueillir le tracé de la ligne) sur Bordeaux-Espagne et Bordeaux-Toulouse, c’était une attente forte, on avance enfin« , a déclaré M. Borloo lors d’un point presse aux côtés des présidents PS des régions Aquitaine et Midi-Pyrénées, Alain Rousset et Martin Malvy, avec qui il avait eu un peu plus tôt une réunion de travail.

Cette ligne va descendre « vers l’Espagne d’un côté, et de l’autre, Toulouse et la Méditerranée. Il faut bien comprendre que c’est la France, l’Italie et l’Espagne, c’est un enjeu considérable« , a insisté M. Borloo.

Ce tracé, qui comporte 410 km de lignes nouvelles et suscite depuis des mois l’inquiétude des populations, est globalement conforme à celui soumis en mai pour validation au Premier ministre par le Comité de pilotage (Copil), « à un ajustement près« , au niveau de Préchac (Gironde), où le tracé final s’éloignera du centre-ville, a souligné le préfet d’Aquitaine, Dominique Schmitt.

37231_le-ministre-de-l-ecologie-jean-louis-borloo-d-montre-sur-une-carte-le-fuseau-dans-lequel-sera-inscrit-le-trace-des-lignes-a-grande-vitesse-lgv-de-bordeaux-vers-l-espagne-et-toulouse-le-28-septem dans LGV bordeaux toulouse 

Le ministre de l’Ecologie Jean-Louis Borloo (D) montre sur une carte le fuseau dans lequel sera inscrit le tracé des Lignes à Grande Vitesse (LGV) de Bordeaux vers l’Espagne et Toulouse, le 28 septembre 2010 à Bordeaux

Deux propriétés viticoles seront touchées en Gironde « mais nous ferons en sorte qu’aucune des parcelles qui puissent se trouver sur le tracé ne soient inaccessibles« , a-t-il dit.

L’hypothèse de nouvelles gares à Bayonne et Agen est également à l’étude, de même qu’une variante du tracé à Saint-Jory (Haute-Garonne).

La voie existante sera utilisée entre Bayonne et Hendaye (40 km) « tant qu’elle n’est pas à saturation » et si une nouvelle ligne doit être édifiée, « elle sera enterrée en respectant les paysages« , a indiqué M. Borloo.

Quant au financement de la totalité des tronçons Tours-Bordeaux, Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Hendaye, estimé en juin 2009 à 16 milliards d’euros (chiffres ministère de l’Ecologie), « je crois qu’à deux ajustements près, on s’est mis d’accord sur le processus » avec les régions Aquitaine et Midi-Pyrénées, s’est félicité le ministre d’Etat; il espère pouvoir signer « d’ici Noël » la convention définitive avec le concessionnaire Vinci.

La région Midi-Pyrénées doit notamment verser 350 millions d’euros pour Tours-Bordeaux. « Les Midi-Pyrénéens veulent avoir le maximum de garanties pour que, lorsque Tours-Bordeaux sera achevé (en 2016), les travaux démarrent bien entre Bordeaux et Toulouse« , a commenté M. Malvy.

« Il reste à régler deux, trois petits points. Mais je pense qu’on l’on y arrivera rapidement« , a-t-il ajouté.

Le projet de Ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique (LGV-SEA) est constitué d’un tronçon central (Tours-Bordeaux, qui doit mettre Bordeaux à deux heures de Paris fin 2016), assorti à l’horizon 2020 des branches Bordeaux-Toulouse, Bordeaux-Espagne (appelées Grands projets du Sud-Ouest (GPSO), mise en service 2020) et Poitiers-Limoges (2017).

L’express du 28 septembre 2010

Publié dans LGV bordeaux toulouse | Pas de Commentaire »

TGV Sud-Ouest: le tracé de la ligne validé

Posté par sauvegarde de pompignan le 28 septembre 2010

Le couloir dans lequel va s’inscrire le tracé de la LGV qui doit relier Bordeaux à l’Espagne et Toulouse a été définitivement arrêté et le financement des travaux par les collectivités est proche d’être bouclé, a annoncé aujourd’hui à Bordeaux le ministre de l’Ecologie Jean-Louis Borloo.

« On a arrêté le tracé, le fuseau (d’un km de large qui doit accueillir le tracé de la ligne) sur Bordeaux-Espagne et Bordeaux-Toulouse, c’était une attente forte, on avance enfin », a déclaré M. Borloo lors d’un point presse aux côtés des présidents PS des régions Aquitaine et Midi-Pyrénées, Alain Rousset et Martin Malvy, avec qui il avait eu un peu plus tôt une réunion de travail.

Ce tracé, qui comporte 410 km de lignes nouvelles, est globalement conforme à celui soumis en mai pour validation au Premier ministre par le Comité de pilotage (Copil), « à un ajustement près » au niveau de Préchac (Gironde), où le tracé final s’éloignera finalement du centre-ville, a souligné le préfet d’Aquitaine, Dominique Schmitt. Deux propriétés viticoles seront également touchées en Gironde « mais nous ferons en sorte qu’aucune des parcelles qui puissent se trouver sur le tracé ne soient inaccessibles », a-t-il ajouté.

L’hypothèse de nouvelle gares à Bayonne et à Agen est également à l’étude, de même qu’une variante du tracé à Saint-Jory (Haute-Garonne), a ajouté M. Schmitt.
Quant au financement estimé en juin 2009 à 16 milliards d’euros (chiffres ministère de l’Ecologie) de la totalité des tronçons Tours-Bordeaux, Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Hendaye, « je crois qu’à deux ajustements près, on s’est mis d’accord sur le processus » avec les régions Aquitaine et Midi-Pyrénées, s’est félicité M. Borloo qui espère pouvoir signer « d’ici Noël » la convention définitive avec le concessionnaire Vinci.

Le projet de Ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique (LGV-SEA) est constituée d’un tronçon central (Tours-Bordeaux, qui doit mettre Bordeaux à deux heures de Paris fin 2016) assorti à l’horizon 2020 des branches Bordeaux-Toulouse, Bordeaux-Espagne (appelées Grands projets du Sud-Ouest (GPSO), mise en service 2020) et Poitiers-Limoges (2017).

le figaro 28 septembre 2010

Publié dans LGV bordeaux toulouse | Pas de Commentaire »

Montauban. TGV : les maires font bloc

Posté par sauvegarde de pompignan le 25 septembre 2010

Montauban. TGV : les maires font bloc dans LGV, c'est NON! 201009242008_w350Alors que le fuseau de 1 000 mètres n’est pas totalement validé par Jean-Louis Borloo, les maires des 31 communes impactées par la future ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse sont lancés dans leur action collective.

Ils sont montés au créneau en juillet dernier et ne se laisseront pas faire. Présidée par le maire de Pompignan Alain Belloc, l’association des maires des 31 communes de Tarn-et-Garonne impactées par le futur tracé du TGV Bordeaux-Toulouse, a réuni hier matin son conseil d’administration au conseil général. Après les premiers sondages géologiques effectués cet été sur le terrain, l’annulation de toutes les réunions prévues au mois de septembre par Réseau Ferré de France (RFF) dans les communes directement touchées par la ligne ajoute du flou pour de nombreux élus. « Ce que l’on sait c’est que Jean-Louis Borloo n’a pas encore signé le fuseau de 1 000 mètres retenu par RFF. Le ministre de l’Ecologie et du développement durable est en passe de le valider, mais il ne l’a pas encore fait à l’inverse de son collègue aux transports Jean-Louis Bussereau. Mais c’est imminent », avertit le maire de Pompignan.

Députée de Tarn-et-Garonne, Sylvia Pinel rappelle qu’avec Jean-Michel Baylet, président du conseil général, elle est intervenue auprès de Jean-Louis Borloo pour souligner tous les points sensibles repérés sur le fuseau (Pompignan, Montbeton, Lacourt-Saint-Pierre, le hameau de Bénis…).

En attendant, les maires restent toujours aussi vigilants. Ils ont ainsi réagi à la mise en place courant septembre d’un comité présidé par le préfet pour la future gare LGV. Ils n’acceptent pas d’être tenus à l’écart. « Il est légitime que l’association puisse être associée à cette réflexion », a indiqué Sylvia Pinel. L’association souhaite obtenir deux fauteuils pour le maire de Montbeton Michel Veil et le maire de Lacourt-Saint-Pierre Denis Lopez.

Par ailleurs, les élus assurent que leur association n’est qu’une étape et qu’ils envisagent toujours de la transformer en syndicat à vocation unique. Selon eux, ce sera plus efficace.

Enfin, tout le monde s’est mis d’accord sur la feuille de route. Pas question d’aller négocier en solo son petit bout de gras avec RFF. « On n’est pas là pour cautionner un quelconque tracé, mais pour que nos administrés soient bien dédommagés. Il faut que nous restions solidaires pour obtenir les mêmes choses partout » lance Christian Astruc, maire de Dunes.

La dépêche du midi du 24/09/2010

Publié dans LGV, c'est NON! | Pas de Commentaire »

LGV : Le danger qui guette le parc du château de Pompignan

Posté par sauvegarde de pompignan le 24 septembre 2010

LGV : Le danger qui guette le parc du château de Pompignan  dans LGV, c'est NON! 201009221101_w350 » Les Journées du patrimoine ont été un succès! Plus de cent personnes ont visité le parc et le château le week-end passé.

Plusieurs bénévoles ont accompagné les visiteurs dans le parc tout au long des allées et sentiers ombragés, magnifiques en ce beau jour pré-automnal, leur faisant découvrir les merveilles du lieu: «fabriques» romantiques ou classiques, ouvrages hydrauliques (chaussée, déversoirs, ponts) installés par le marquis de Pompignan pour canaliser le Rivals et son affluent et assurer l’alimentation d’un réservoir. Après un passage par l’ancienne orangerie transformée en salle de concert, le public, par petit groupe, a pu visiter une partie du château avec, pour guide, son propriétaire Michel Peynavaire.

Les visiteurs ont admiré le cabinet de travail du marquis décoré de frises à la grecque, la cheminée portant les noms des grands penseurs de l’antiquité, l’ancienne chapelle des sœurs qui ont longtemps habité le couvent puis la salle à manger dont les murs sont recouverts de panneaux en terre cuite vernissée et d’assiettes en faïence, en bleu et blanc et décorés de fleurs et plantes.

À la sortie, les gens étaient invités à prendre connaissance du danger qui guette le parc avec le tracé de la LGV et à signer une pétition contre le passage de la ligne dans le village. Tous l’ont fait sans hésiter! « 

La Dépêche du Midi du 220910

Publié dans LGV, c'est NON!, POMPIGNAN | Pas de Commentaire »

LGV : La sortie de crise est « fragile et lente »

Posté par sauvegarde de pompignan le 24 septembre 2010

LGV : La sortie de crise est « fragile et lente »  dans LGV bordeaux toulouse 191537_14301503_460x306« Dominique Schmitt, préfet de région, a évoqué hier les signes de reprise et les premiers emplois de la Lgv Tours-Bordeaux.

Le chantier de la LGV

Parmi les dossiers industriels qui contribuent à l’optimisme relatif du premier représentant de l’État en Aquitaine, le dossier First Solar de Blanquefort (450 emplois) et celui de la fabrication, par EADS Astrium, de pales d’éoliennes de grande taille, toujours à Blanquefort (300 emplois d’ici à la fin 2011). Pour la première fois, Dominique Schmitt a évoqué les emplois de la construction de la ligne à grande vitesse entre Tours et Bordeaux. Près de 4 500 emplois directs et indirects sont annoncés, dont 1 300 pour le seul génie civil, pour ce grand chantier européen. « Il commence dès l’année prochaine », a indiqué Dominique Schmitt, comme si la question de la signature de la convention de financement par les collectivités locales du Sud-Ouest était réglée. Ce que Jean-Louis Borloo, ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer, pourrait confirmer mardi prochain, à l’occasion d’un déplacement à Bordeaux. À suivre. »

 Le Sud Ouest du 220910

Publié dans LGV bordeaux toulouse | Pas de Commentaire »

LGV : des sondages sous surveillance

Posté par sauvegarde de pompignan le 20 septembre 2010

« Première opération visible sur le tracé de la future LGV, les sondages archéologiques suscitent des interrogations.

Le diagnostic archéologique est la première intervention visible sur le tracé de la future ligne à grande vitesse (LGV) Tours-Bordeaux.

Les pelleteuses mécaniques ont commencé à creuser des tranchées et à réaliser des sondages, le lundi 13 septembre, sur la commune de Cressac-Saint-Genis, avec un premier couac.

Indemnisation de nuisancesSébastien Gauducheau, exploitant agricole, a découvert lundi soir deux engins dans une de ses parcelles de maïs. « Je n’ai jamais été averti alors que j’aurais pu couper mon maïs à temps pour libérer le terrain. C’est dur de voir à terre une partie de sa récolte qui aurait pu nourrir des bêtes quand le fourrage se fait rare avec la sécheresse… »

Isabelle Kerouanton, chargée de mission scientifique à l’Institut national des recherches archéologiques préventive (Inrap) qui mène du diagnostic, rappelle aux élus du Sud-Charente, présents à la réunion d’informations organisée le jeudi 16 septembre, à Cressac-Saint-Genis, « que si nous n’avons pas l’obligation de prévenir les exploitants, les maires eux sont informés de notre arrivée ».

Sauf que l’information a toujours du mal à passer, quand elle n’est pas délivrée au dernier moment…

« L’Inrap, ajoute Sébastien Joly en charge de l’archéologie préventive pour le futur concessionnaire (Vinci), n’intervient jamais sur des parcelles où il n’est pas autorisé à le faire. »

Selon les protocoles signés, l’exploitant est indemnisé en cas de récolte détruite. Il peut également recevoir une indemnité de nuisance quand les sondages archéologiques l’empêchent d’utiliser sa parcelle.

Fouilles éventuellesEn revanche, pour les propriétaires, le régime d’indemnisation est moins clair, selon Jean-Marie Fort, adjoint à Sainte-Souline.

« Les occupations temporaires n’ont pas été avalisées par les propriétaires. Ces derniers n’ont pas été non plus informés des sondages alors que les diagnostics ont commencé depuis une semaine sur notre secteur. Difficile, alors, de réclamer une indemnisation… »

Pour Sébastien Joly, la convention d’occupation temporaire est signée avec le seul exploitant sans impact pour le propriétaire qui continue à toucher son fermage.

Loin de ces considérations sur le terrain, les archéologues de l’Inrap se sont mis à la tâche avec pour objectif : détecter la présence de sites archéologiques.

Des tranchées sont creusées à la pelle mécanique sur 10 % de la surface couverte par l’emprise.

Un diagnostic qui sera suivi de fouilles en cas de découvertes majeures. C’est le cas à Roullet où une fouille a été prescrite après la mise au jour l’an dernier d’un petit site funéraire. »

 Le Sud Ouest du 200910

Publié dans Nuisance | Pas de Commentaire »

Bientôt le choix de Jean Louis Borloo sur le tracé LGV

Posté par sauvegarde de pompignan le 16 septembre 2010

Dossier LGV : le commissaire du gouvernement du tribunal administratif soulève le risque de mouvements de terrain.

C’est au cours d’un procès au tribunal administratif de Toulouse qu’une nouvelle opposition au tracé « D » proposé par RFF s’est soulevée. Le tracé proposé par le collectif régional « Union pour la Sauvegarde des Villages » vient de recevoir un nouvel allié de poids. En effet, au tribunal administratif de Toulouse, un commissaire du gouvernement vient de rendre un avis défavorable à l’implantation de nouvelles habitations dans le coteau que doit traverser la LGV dans le tracé proposé par RFF. Ce rapporteur de la République s’appuie entre autres sur le risque de mouvements de terrain. Pour Thierry Fourcassier, porte parole du collectif régional, « comment le gouvernement pourrait-il accepter la proposition du tracé « D » de RFF alors même que le commissaire du gouvernement, la semaine dernière, rend un avis défavorable pour de nouvelles habitations en soulignant le risque de mouvements de terrain dans le coteau, risque que nous dénonçons depuis le début». Le rapport du commissaire du gouvernement attire l’attention sur les dangers du coteau de Pompignan-Saint Rustice en termes de glissements de terrains. Rappelons encore que ce risque majeur a déjà été dénoncé par le collectif régional avec comme appui technique les dossiers réalisés par les Ponts et Chaussées et le cabinet d’études ferroviaires CERCL. Le choix de Jean Louis Borloo sur le tracé LGV doit être communiqué d’ici à la fin de la semaine.

Publié dans LGV bordeaux toulouse | Pas de Commentaire »

Peut être une lueur d’espoir

Posté par sauvegarde de pompignan le 15 septembre 2010

depuis le mois d’août certains évènements nous laisse une lueur d’espoir, des sondages arrétés, les dates à nouveaux repoussées, le ministre n’a pas encore signé malgré le retard de ce projet et maintenant on apprend que RFF vient d’annuler toutes les réunions prévues avec les maires des communes impactées qui avaient pour but de donner des précisions sur le fuseau.
Peut être une lueur d’espoir, peut être une illumination de ces « Décideurs » qui enfin comprenne l’abhération du dossier de RFF, bref un point à suivre de très près.

Publié dans LGV, c'est NON!, POMPIGNAN | 1 Commentaire »

12
 

Ecole Normale de Filles d’O... |
CLUB VOSGIEN THIONVILLE |
blog-du-cehysterd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aduanc
| M.L.R. Mouvement de Libérat...
| amicalelaiquesantec