Réponse du ministre de l’agriculture à l’USV

Posté par sauvegarde de pompignan le 27 juillet 2010

voici la lettre du ministre de l’agriculture reçu le 27 juillet en réponse au courrier envoyé par le collectif Union pour la Sauvegarde des Villages.

Réponse du ministre de l'agriculture à l'USV dans LGV bordeaux toulouse 20100727reponseusvministreagriculture

2 Réponses à “Réponse du ministre de l’agriculture à l’USV”

  1. henry dit :

    l espoir renait….enfin le début d un vrai débat et d une étude sérieuse???je veux y croire…merci à tous ceux qui se battent avec acharnement , Mr fOURCASSIER, notre maire Mr BELLOC, et les membres des associations aussi…
    bravo à tous pour ce combat inégal …

  2. henry dit :

    un article dans la depeche de ce jour me parait tres interessant….et inquietant…
    en voici un copier/coller….

    Publié le 28/07/2010 08:03 | Christian Goutorbe
    Perpignan. Le TGV a-t-il tari les sources ?
    Pyrénées-Orientales

    L’hydrologue Henri Salvayre , et Olav dKnudsen, privé de sa source. Depuis le creusement du tunnel, pour laisser passer la future ligne à grande vitesse, la commune de Boulou a perdu trois sources./photo Top Sud Depuis le passage, à 400 mètres de là, du tunnelier chargé d’ouvrir le passage sous terre de la ligne à grande vitesse (LGV) entre Barcelone et Perpignan, l’eau ne coule plus au mas Molas du Boulou (Pyrénées-Orientales). Cette eau fraîche, issue du ruissellement sur le massif des Albères ne permet plus d’arroser le verger et les pelouses d’Olav Knudsen, un retraité norvégien de 63 ans qui s’est lancé dans un bras de fer juridique avec TP Ferro, chargé d’exploiter la ligne TGV.

    « C’est au moment où le tunnelier est arrivé dans le secteur de notre mas que l’eau s’est arrêtée de couler. Et elle n’est plus jamais revenue. C’est comme si le tunnel avait coupé la trajectoire de l’eau dans le sol » estime Olav Knudsen, furieux. « Il est bien clair que ce tunnel a traversé des failles du sol. Ces failles permettent à l’eau des sources de remonter jusqu’à la surface. Le problème c’est qu’on ne sait pas quand l’eau va revenir, si, toutefois elle revient un jour » diagnostique Henri Salvayre hydrogéologue qui était expert sur le chantier de la ligne LGV. « Dans ce dossier, nous n’avons aucune preuve de la relation de cause à effet entre la construction du tunnel et le tarissement de la source. Au niveau historique on ne sait même pas si la source coulait encore au moment des travaux » répond Arnaud Clarissou, responsable environnement de TP Ferro à Figueras (Espagne). Depuis le grand chantier transfrontalier, la commune du Boulou aurait perdu trois sources. « Et nous sommes inquiets pour l’avenir car on nous promet un nouveau chantier, celui du tunnel de la THT parallèle à ceux du TGV. Et nous redoutons qu’à terme ces creusements finissent par affecter le débit des eaux minérales qui alimentent notre station thermale. Pour nous ce serait une catastrophe économique » prévient Christian Olive, le maire. En attendant, « Olav de Florette » comme l’appelle ses voisins, a refusé l’aide de 14 000 € que lui octroyait TP Ferro J

Laisser un commentaire

 

Ecole Normale de Filles d’O... |
CLUB VOSGIEN THIONVILLE |
blog-du-cehysterd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aduanc
| M.L.R. Mouvement de Libérat...
| amicalelaiquesantec