• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 18 mai 2010

LGV : le tracé définitif est sur les rails

Posté par sauvegarde de pompignan le 18 mai 2010

LGV : le tracé définitif est sur les rails dans LGV bordeaux toulouse lgv-00_w350Elle était largement préconisée ; la voilà chaudement recommandée. La variante « D », dont on savait déjà qu’elle emportait la préférence de Réseau Ferré de France, devrait constituer l’itinéraire de prédilection emprunté par la future ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse.

Hier, lors de la réunion du comité territorial (Coter) qui se déroulait à la préfecture de région, ce choix a été confirmé, mais avec un certain nombre de réserves de la part des élus. Sur les quatre fuseaux de passage d’une largeur de 1 000 mètres qui s’ouvraient à la concertation, Réseau Ferré aura donc maintenu son choix pour la quatrième solution, la seule à même de limiter l’impact environnemental. « Le Coter a retenu la proposition « D » comme présentant le meilleur compromis entre enjeux humains, environnementaux et économiques », indiquait hier soir dans un communiqué Dominique Bur, préfet de Midi-Pyrénées. Par ailleurs, le comité a avalisé la proposition d’un ajustement du fuseau au niveau d’Auvillar (82) pour le rapprocher du tracé de l’autoroute.

Secteurs sensibles

Depuis janvier, les rendez-vous et les audiences se sont succédé pour venir nourrir les études comparatives. La semaine dernière encore, une délégation du syndicat des viticulteurs de Fronton avait été reçue par le représentant de l’État dans le Tarn-et-Garonne. Réseau Ferré s’est engagé à compenser le vignoble impacté par le tracé par des subventions de pour financer d’autres replantations. Quel sillon emprunte ce fuseau qui finit par s’imposer à tous ? Sur l’axe Toulouse-Montauban, le futur tracé partira de Saint-Jory avec un tunnel sous Pompignan, pour suivre ensuite l’autoroute A62 par l’ouest entre Fronton et Campsas. L’itinéraire passera au sud de l’agglomération montalbanaise entre Montbeton et Lacourt-Saint-Pierre au niveau des deux lignes à haute tension.

Prochaine étape dans cette longue aventure où la LGV confirme son ancrage territorial : la réunion du comité de pilotage (Copil) qui sera organisée à Bordeaux le 31 mai. Ce même comité se prononcera de manière définitive sur le choix du faisceau, avant que le dossier n’arrive pour validation sur le bureau du ministre des Transports Dominique Bussereau.

Mais auparavant, la réunion d’hier a énoncé un certain nombre de règles d’observance. Il a été décidé d’appeler l’attention du Copil sur la nécessité d’aller plus loin dans les études d’aménagements des secteurs les plus sensibles dans le domaine de l’environnement et de l’habitat. C’est notamment le cas d’Auvillar, du passage entre Montbeton et Lacourt St-Pierre jusqu’à Bressols, ainsi que de la sortie du tunnel entre Pompignan et Saint-Rustice.


Coût : la note de plus en plus salée

Le communiqué de la préfecture transmis hier soir après la réunion du Coter Agen-Toulouse de la LGV fait l’impasse sur l’âpreté des échanges lors de cette réunion d’étape. La question de la participation des collectivités territoriales au financement de la ligne à grande vitesse a été largement évoquée. « Nous restons très préoccupés par l’absence de réponse du Gouvernement aux principales questions posées par les collectivités locales », indique Martin Malvy. Le président de la Région Midi-Pyrénées indique que Pierre Izard, président du conseil général de Haute-Garonne, Pierre Cohen, président du Grand Toulouse, et lui-même ont écrit au Premier ministre François Fillon en soulignant que leurs collectivités n’ont à ce jour « obtenu aucune garantie de retour et d’engagements sur le financement Bordeaux-Toulouse, ni sur la prise en compte de l’unicité de l’itinéraire Tours-Bordeaux-Toulouse comme constituant un tout ». Les trois collectivités, qui sont pour Midi-Pyrénées les trois principaux financeurs locaux de la LGV, mettent en garde l’État : « Sans avancée notoire sur ce sujet, et sans nous dédire, nous serons dans la contrainte de proposer à nos assemblées de décider du report de nos interventions financières sur Bordeaux-Tours au moment où le dossier sera intégralement bouclé », ont indiqué les élus dans leur courrier. De son côté, Jean-Michel Baylet, président du conseil général du Tarn-et-Garonne rappelle : « A l’heure où la réforme de l’État exige des collectivités encore plus d’efforts, le coût de cette réalisation aura des conséquences néfastes sur le plan financier » .

Par ailleurs, il est souligné que RFF doit prendre en compte les aménagements spéciaux proposés pour Auvillar, Montbeton, Lacourt -Saint-Pierre et Pompignan. Le faisceau choisi doit passer au plus loin des habitations et RFF doit s’engager à répondre aux propositions alternatives présentées par les riverains de l’ouest du Tarn-et-Garonne », indique le représentant du Tarn-et-Garonne.


«Le moins de nuisances…»

Sylvia Pinel, députée de Tarn-et-Garonne est longuement intervenue hier matin lors du comité territorial : « Nous avons réaffirmé notre volonté de rechercher le fuseau qui impacte le moins d’habitations et d’activités économiques.

Nous nous sommes fait le relais des maires des communes du département -entre Auvillar et Pompignan- qui ont besoin d’aménagements (tunnels, viaduc) pour avoir le moins de nuisances possibles.

Nous avons demandé aussi que les propositions de l’Union de sauvegarde des villages puissent obtenir des réponses précises.

Ensuite on attendra le mois de septembre et l’arrêté que prendra Dominique Bussereau le secrétaire d’État aux transports pour valider le fuseau.

Et qu’à l’intérieur de ce fuseau il propose des tracés plus resserrés à étudier. »

La dépèche du 18 mai 2010

Publié dans LGV bordeaux toulouse | Pas de Commentaire »

LGV : Journal TLT du 17 mai 2010

Posté par sauvegarde de pompignan le 18 mai 2010

bruno.jpg

Le tracé définitif de la future LGV n’a pas encore été choisi ! … voir la vidéo du Journal TLT du 17 mai 2010.

voir la vidéo du journal TLT du 17 mai 2010

Publié dans LGV bordeaux toulouse, LGV, c'est NON! | Pas de Commentaire »

LGV : les riverains n’ont pas dit leur dernier mot

Posté par sauvegarde de pompignan le 18 mai 2010

« TGV L’option de passage définitif de la future ligne à grande vitesse a été choisie hier lors d’un Coter

Pompignan ou encore Saint-Rustice font partie des sacrifiés de la future ligne à grande vitesse (LGV). Sur les quatre tracés étudiés, c’est celui qui se trouve le plus à l’est qui sera privilégié sur le tronçon entre Toulouse et Montauban. Après quatre mois de réflexion, le Comité territorial (Coter), rassemblant les collectivités locales et l’État, a retenu l’option hier longeant une partie de l’autoroute A 62, avant de rejoindre au nord la gare de triage de Saint-Jory.

Levée de boucliers des opposants
Un fuseau d’un kilomètre de large, loin de satisfaire le collectif l’Union pour la sauvegarde des villages. Même si leur dossier de tracé alternatif doit être examiné le 31 mai lors du Comité de pilotage, ses membres ne conservent que peu d’espoir. « Le TGV va passer sur ma maison, peste Philippe Daujean qui habite Castelnau-d’Estrétefonds depuis plus de quarante ans. J’ai fait quatre ans de travaux en espérant léguer mon patrimoine à mes enfants, tout ça pour rien. Je suis certain qu’on pouvait trouver une solution moins impactante si Réseau Ferré de France (RFF) avait bien voulu étudier nos propositions ».
Malgré la menace d’expropriation qui se confirme, Guy Satgé, 83 ans, affirme qu’il ne quittera pas son habitation de Saint-Jory. « Je ne suis pas contre le TGV mais partisan d’un tracé plus intelligent que celui retenu. Certains techniciens ont reconnu que nos suggestions étaient réalisables mais ils refusent de les étudier en détail. Tout était joué avant le début de la concertation ».
Le tracé devrait également couper en deux le domaine du vignoble de Fronton. Une option qui inquiètent les producteurs de l’AOC. « RFF dit que vingt hectares seraient touchés, indique Christian Ivorra, directeur technique du château de Bellevue La Forêt, l’un des exploitants viticole de l’appellation. C’est énorme pour nous car cela entraîne la perte de 200 000 à 300 000 bouteilles par an, sur une production de 800 000 ». Le collectif envisage un recours devant le Conseil d’État et veut la nomination d’un médiateur.

julie rimbert

financement
La décision finale sera prise lors du comité de pilotage le 31 mai à Bordeaux. A l’issue du Coter, les collectivités de Midi-Pyrénées ont menacé de reporter leurs financements de Bordeaux-Tours si elles n’obtiennent pas l’assurance du gouvernement que Bordeaux-Toulouse sera financé par les collectivités. Elles ont écrit à François Fillon pour obtenir « une garantie de l’unicité de l’itinéraire Tours-Bordeaux-Toulouse comme constituant un tout ».

20 minutes Toulouse du 180510

Publié dans LGV, c'est NON! | 1 Commentaire »

LGV : TGV à grande vitesse Paris Toulouse, nouvelles tensions

Posté par sauvegarde de pompignan le 18 mai 2010

« A l’issue du COTER ( Comité Territorial), réuni à la préfecture de région et consacré à la ligne à grande vitesse, les executifs des collectivités de Midi-Pyrénées se dits prêts à « reporter » leurs financements de Bordeaux-Tours si ils ne sont pas assurés de la réciprocité pour Bordeaux-Toulouse. Le président PS de Midi Pyrénées, Martin Malvy, s’est dit « très préoccupé » par l’absence de réponse du Gouvernement aux principales questions posées par les collectivités locales.

Le président de la Région Midi-Pyrénées a ainsi indiqué que Pierre Izard, président du Conseil général de Haute-Garonne, Pierre Cohen, président du Grand Toulouse, et lui-même avaient écrit il y a quelques jours au Premier ministre François Fillon en soulignant que leurs collectivités n’ont à ce jour « obtenu aucune garantie de retour et d’engagements sur le financement Bordeaux-Toulouse, ni sur la prise en compte de l’unicité de l’itinéraire Tours-Bordeaux-Toulouse comme constituant un tout« .

Les trois collectivités, qui sont pour Midi-Pyrénées les trois principaux financeurs locaux de la LGV, ont mis en garde le Gouvernement en indiquant que, « sans avancée notoire sur ce sujet, et sans nous dédire, nous serons dans la contrainte de proposer à nos assemblées de décider de reporter nos interventions financières sur Bordeaux-Tours au moment où le dossier sera intégralement bouclé« .

Par ailleurs « Nous avons rappelé d’une manière très ferme notre demande du respect le plus permanent des préoccupations environnementales selon ce que sera le trajet de la LGV en Midi-Pyrénées » a souligné Martin Malvy.

Selon la région Midi Pyrénées le Comité Territorial en a pris acte et Réseau Ferré de France s’est engagé, soit en tunnels, soit en tranchées couvertes, pour ce qui est des points les plus sensibles. »

Toulouse7 news du 170510

Publié dans LGV bordeaux toulouse, LGV, c'est NON! | Pas de Commentaire »

LGV : Dernière ligne droite pour le TGV

Posté par sauvegarde de pompignan le 18 mai 2010

« La décision du fuseau définitif entre Bordeaux et Toulouse sera annoncée le 31 mai prochain. Alors que les opposants espèrent faire entendre leurs arguments, les colectivités locales s’inquiètent de l’investissement de l’Etat dans le projet. (lire la suite)

Publié dans LGV, c'est NON! | Pas de Commentaire »

 

Ecole Normale de Filles d’O... |
CLUB VOSGIEN THIONVILLE |
blog-du-cehysterd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aduanc
| M.L.R. Mouvement de Libérat...
| amicalelaiquesantec