• Accueil
  • > LGV, c'est NON!
  • > Article non publié par la dépêche – manifestation 20 mars à toulouse matabiau

Article non publié par la dépêche – manifestation 20 mars à toulouse matabiau

Posté par sauvegarde de pompignan le 13 avril 2010

LGV: samedi 20 mars, la gare Matabiau interdite aux manifestants

 

gare2.jpg

11 heures samedi matin: une centaine de manifestants  dont une cinquantaine de pompignanais se rassemblent dans la bonne humeur devant la gare Matabiau à Toulouse: gilets jaunes, énormes TGV  en plastique gonflé, sifflets et mirlitons, « cercueils» en carton portant le nom des villages, la manifestation ressemble un peu à une fête. Face à eux c’est  l’état de siège,   toutes les entrées sont barricadées, les gendarmes équipés anti -émeute sont aussi nombreux que les manifestants et  bloquent les deux portes laissées ouvertes. Il faut montrer patte blanche pour passer  – billet de train- ou avoir une  raison valable. A l’intérieur, des policiers armés  patrouillent , secondés par la police ferroviaire, du personnel SNCF, des policiers en civil. Sur la voie publique, la police municipale. Les manifestants, devant ce déploiement  qu’ils trouvent exagéré, doivent se contenter de manifester bruyamment et longuement devant la gare, entourés par les médias. Seuls deux ou trois  réussissent à entrer dans le hall par une porte mal fermée mais ils sont immédiatement évacués dans le calme.

Mme le commissaire de police responsable des opérations explique la démesure des forces présentes: «Nous avons déployé trois pelotons de gendarmerie et deux groupes des Compagnies d’Intervention qui ont l’ordre de ne laisser entrer aucun manifestant. Si nous sommes aussi nombreux c’est que les chiffres qui circulaient sur internet parlaient de 800 à 1000 manifestants et c’est là dessus que nous nous sommes basés.»

Véronique Duflot, co- présidente du Collectif de Défense est en colère: « les représentants du collectif ont rencontré  le chef de gare mercredi 17 mars pour le prévenir de notre venue et du fait que nous occuperions calmement durant un quart d’heure la voie TGV. Il a répondu ne pouvoir donner son aval  mais que la sécurité serait assurée car il ne ferait partir aucun train durant le blocage de la voie. On a donc pensé que ce serait possible. On s’est bien fait avoir!»

 Jean Claude Caujolle, directeur responsable d’ astreinte pour la SNCF samedi explique:

« Nous n’avons jamais eu de demande précise ni officielle pour une action en gare et chez nous personne ne s’est engagé à quoique ce soit. De toute façon aucune entrée en gare n’est négociable pour des manifestants car nous sommes garants de la sécurité, celle des voyageurs mais aussi la leur . Notre rôle est d’assurer la sécurité – imaginez le TGV gonflable échappant à ceux qui le portent et touchant des caténaires, ou une bousculade, des gens tombant sur la voie – en outre  nous devons absolument permettre la circulation des trains.»

La manifestation, aiguillée par la police qui souhaitait dégager la gare, s’est poursuivie dans les rues du centre ville, vers les permanences des deux candidats aux élections, permanence fermées  en ce samedi où la campagne est officiellement terminée, avant un retour devant la gare et une dispersion dans le calme vers 13 heures.

Laisser un commentaire

 

Ecole Normale de Filles d’O... |
CLUB VOSGIEN THIONVILLE |
blog-du-cehysterd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aduanc
| M.L.R. Mouvement de Libérat...
| amicalelaiquesantec