Montauban. Près de 500 personnes défilent pour un nouveau tracé de la LGV

Posté par sauvegarde de pompignan le 15 mars 2010

Montauban. Près de 500 personnes défilent pour un nouveau tracé de la LGV 201003151468_w350Plus de 500 personnes se sont retrouvées, samedi à la piscine Chambord de Montauban, à l’appel du collectif « Union pour la sauvegarde des villages » et de l’association « Sauvegarde du patrimoine de Lacourt-Saint-Pierre et de Montbeton » afin de « protester contre les tracés de ligne à grande vitesse proposés par réseaux ferrés de France pour le secteur Castelsarrasin-Saint-Jory »qui ne seront validés qu’après le dévoilement modificatif, de début mai, du passage de la LGV dans ce secteur.

Les manifestants, venus de nombreux villages touchés par le projet de LGV, ont marché de Chambord aux portes de la préfecture, en passant par l’esplanade des Fontaines, afin de faire entendre leur voix.

« La ligne passe à une centaine de mètres du fond de mon jardin », explique un père de famille. Comme beaucoup, il espère que le collectif pourra négocier avec les acteurs de ce projet afin de « limiter le nombre d’habitations » touchées.

Ainsi, ses responsables sont prêts à proposer leur solution : un tracé longeant l’autoroute côté ouest.

Reçue par le préfet, une délégation est ressortie en faisant grise mine. « Le préfet a expliqué que le fuseau ne pouvait passer que sur nos communes. », déplore un membre du collectif.

Ce groupe, représentant 17 associations, devrait radicaliser sa position très prochainement et rejoindre d’autres collectifs des Landes et de Lot-et-Garonne.

Samedi, c’est à la gare Matabiau de Toulouse que les manifestants iront faire entendre leurs arguments

Sauvegarde de Pompignan

Publié le 15/03/2010 03:50 par La Dépêche

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Signez la pétition électronique

Posté par sauvegarde de pompignan le 14 mars 2010

Signez la pétition électronique dans LGV, c'est NON! signature-electronique-2 

 Signez la pétition

  

électronique

 

 

 

 

Pétition contre les différents tracés proposés par RFF concernant la Ligne Grande Vitesse entre Bordeaux et Toulouse.

Les champs marqués d’une étoile sont obligatoires.

Une fois les champs remplis et validés, vous recevrez un mail de confirmation pour valider la signature. N’oubliez pas de valider.

Sauvegarde de Pompignan

Publié dans LGV, c'est NON! | 4 Commentaires »

Manif – demain 10H piscine de Chambord à Montauban

Posté par sauvegarde de pompignan le 12 mars 2010

UNE NOUVELLE RENCONTRE LA SEMAINE PROCHAINE ? LA MANIFESTATION SERA DECISIVE.

RFF nous a laissé entendre que selon la mobilisation de demain, ils nous convoqueraient la semaine prochaine. Apparemment, si la colère se fait grandissante et compte-tenu des différents courriers et appuis que nous avons obtenus de Mr Malvy, Mme Pinel, Mr Baylet, Europe Ecologie…ils nous proposeraient de nous recevoir afin que nous leur exposions le film , les études et les détails de notre proposition alternative.

Tous les élus s’accordent à dire que l’aspect humain et habitations est le premier critère à respecter !

MONTRONS-LEUR QU’ILS NE PEUVENT PAS DECIDER SANS NOUS ET NOUS IGNORER!!! NOUS NE POUVONS ACCEPTER UN TEL TRACE ALORS QUE TOUS S’ACCORDENT A DIRE QU’IL EST DEVASTATEUR ET QU’IL NE TIENT PAS COMPTE DU FACTEUR HUMAIN !!!!! TOUS ENSEMBLE DEMAIN POUR MONTRER QUE NOUS NE SOMMES PAS QUE DES PIONS SUR UNE CARTE QUE L’ON BALAYE SANS AUCUN SCRUPULE !

Le Rendez Vous est à la piscine de Chambord Bd Blaise Doumerc à MONTAUBAN à 10H

cartemanif.jpg

Sauvegarde de pompignan

Publié dans MOBILISATION | Pas de Commentaire »

Bruguières. LGV:la position des politiques

Posté par sauvegarde de pompignan le 12 mars 2010

Le collectif «Union pour la sauvegarde des villages» qui regroupe les associations et les municipalités de 17 communes concernant le futur trajet du TGV Bordeaux-Toulouse, a interpellé les liestes en présence pour les élections régionales.

Il indique que les listes Europe Ecologie, Majorité Présidentielle, MODEM et Front de gauche «soutiennent les demandes d’études du tracé proposé par notre collectif régional».

Le collectif,dans un communiqué, «déplore la position de Martin Malvy qui reste flou sur sa position et s’engage uniquement «à demander à Réseau Ferré de France de respecter la plus grande transparence et d’examiner toutes les hypothèses soumises par les associations,les collectivités ou pour certaines qui seraient écartées d’en expliquer très clairement les motifs.»

Sauvegarde de Pompignan

Publié le 12/03/2010 03:51 par La Dépêche

Publié dans Elus | Pas de Commentaire »

Tous les ingrédients sont réunis mais…

Posté par sauvegarde de pompignan le 11 mars 2010

Tous les ingrédients sont réunis mais... dans POMPIGNAN 201003101886_w350Michel Penavayre, pour redonner beauté et harmonie à son château, dit volontiers qu’il est « à la fois plombier, plâtrier, maçon, électricien, etc. »

Son objectif est de concentrer dans un lieu unique toutes ces pièces de collections extraordinaires que constituent les dizaines et les dizaines d e pianos collectés aussi bien aux États-Unis qu’en Russie ou en Afrique, « je ne sais pas combien j’en ai très exactement. Ils sont disséminés dans plusieurs endroits. J’ai aussi ceux qui m’ont été confiés par des clients afin que je leur redonne vie. Après quelques instants de réflexion, le maître des lieux laisse tomber : « J’ai le lieu, j’ai les pièces, j’ai l’en vie de bien faire, il me manque la mise en conformité. » En passant à proximité d’un ancien temple maçonnique, Michel Penavayre relève : « Ce projet de création d’un musée entre dans le chapitre de rénovation globale du château. Il faut que nous trouvions une fonction à tout cela. » Une petite pointe d’inquiétude se manifeste toutefois dans la voix du châtelain lorsqu’il jette un coup d’œil en direction du superbe parc qui borde le château. « Il existe une emprise sur le parc parmi un des projets de la future ligne LGV. J’espère que l’on pourra préserver ce lieu d’histoire qui permet d’organiser des manifestations internationales de grande qualité.

Sauvegarde de Pompignan

Publié le 10/03/2010 03:54 par La Dépêche

Publié dans POMPIGNAN | Pas de Commentaire »

Le château de Pompignan veut enrichir sa gamme

Posté par sauvegarde de pompignan le 11 mars 2010

Projet. Michel Penavayre, propriétaire des lieux, souhaite créer un musée du piano à moyen terme.

Le château de Pompignan veut enrichir sa gamme dans POMPIGNAN 201003101290_w350Son père souhaitait qu’il soit magistrat. Très exactement comme lui. Aujourd’hui, Michel Penavayre exerce la profession de… facteur de pianos. Dans son château de Pompignan il caresse du bout des doigts sa passion au quotidien. à fond. Michel Penavayre fabrique (un peu), assemble et répare (beaucoup) de pianos « depuis plus de trente ans maintenant ». Propriétaire du château depuis une vingtaine d’années, ce jovial quinquagénaire qui a effectué la majorité de ses études au lycée Bernard -Palissy d’Agen, avant de prolonger ses humanités en fac à Toulouse, ne fait guère de mystère quant à ses orientations professionnelles : « Aujourd’hui, ce qui me fait vivre, c’est d’acheter des pianos, de les revendre avec une petite plus value, bref de faire du commerce. Autrement, je ne m’en sortirai pas. L’argent que je dégage ainsi me permet de poursuivre petit à petit mon entreprise de restauration du château qui est assez coûteuse. »

Dans cette restauration au (très) long cours, un chapitre occupe une place bien particulière dans le cœur et l’esprit de Michel Penavayre : la création d’un musée du piano au sein de l’immense et majestueuse bâtisse du XVIIIe siècle.

« Dans le cadre de mes activités de restaurations de pianos, souligne le châtelain, je suis appelé à rencontrer des pièces extrêmement rares. J’ai même été amené à sauver des pièces de collection d’une grande valeur historique dans le monde entier. Je voudrais bien rassembler les plus beaux pianos dans plusieurs pièces du château et créer ainsi un musée. »

« Il faut être fou… »

Après une nouvelle parenthèse humoristique « Il faut vraiment être fou pour faire une collection de pianos, ça prend énormément de place. On n e peut pas imaginer… » Michel Penavayre s’en vient à livrer ses sentiments profonds. « De nos jours, quasiment tous les pianos sont fabriqués en Chine, il n’y a plus du tout d’originalité. Pour ma part, je souhaite mettre en valeur tout ce côté original qui a disparu au fil des ans et de la modernisation effectuée à marche forcée. Disons que je souhaite ramasser les branches mortes d’une belle histoire qui s’achève un peu tristement. »

Et de développer son cheminement intellectuel ainsi : « Le piano, c’est un peu comme le violon avec le Stradivarius. Pour le piano, la référence absolue, c’est le Stenway 1880. Après, tous les autres ont copié ce modèle mais les différents fabricants ont, peu à peu, complètement disparu du marché.

Et de terminer par une nouvelle anecdote : « Un jour à Budapest, en Hongrie, j’ai découvert un superbe piano qui me plaisait énormément. Une pièce très rare, très belle. Son propriétaire a souhaité l’échanger contre une bicyclette qu’il voulait offrir à son fils pour son anniversaire. Là-bas, c’était une marchandise quasiment introuvable. Je lui ai expédiée dès mon retour en France. »


Tous les ingrédients sont réunis mais…

Michel Penavayre, pour redonner beauté et harmonie à son château, dit volontiers qu’il est « à la fois plombier, plâtrier, maçon, électricien, etc. »

Son objectif est de concentrer dans un lieu unique toutes ces pièces de collections extraordinaires que constituent les dizaines et les dizaines d e pianos collectés aussi bien aux États-Unis qu’en Russie ou en Afrique, « je ne sais pas combien j’en ai très exactement. Ils sont disséminés dans plusieurs endroits. J’ai aussi ceux qui m’ont été confiés par des clients afin que je leur redonne vie. Après quelques instants de réflexion, le maître des lieux laisse tomber : « J’ai le lieu, j’ai les pièces, j’ai l’en vie de bien faire, il me manque la mise en conformité. » En passant à proximité d’un ancien temple maçonnique, Michel Penavayre relève : « Ce projet de création d’un musée entre dans le chapitre de rénovation globale du château. Il faut que nous trouvions une fonction à tout cela. » Une petite pointe d’inquiétude se manifeste toutefois dans la voix du châtelain lorsqu’il jette un coup d’œil en direction du superbe parc qui borde le château. « Il existe une emprise sur le parc parmi un des projets de la future ligne LGV. J’espère que l’on pourra préserver ce lieu d’histoire qui permet d’organiser des manifestations internationales de grande qualité.

Sauvegarde de Pompignan

Publié le 10/03/2010 08:35 par La Dépêche

Publié dans POMPIGNAN | Pas de Commentaire »

Gare TGV et lignes de fractures

Posté par sauvegarde de pompignan le 11 mars 2010

LGV. La coordination agenaise milite pour le maintien à Agen de la future gare TGV.

Gare TGV et lignes de fractures dans LGV bordeaux toulouse 201003110982_w350Ce n’était pas un débat, faute de contradicteurs, plutôt une tribune d’opposition sur toute la ligne au projet de gare TGV excentrée : mardi soir, ils étaient près d’une centaine à avoir répondu à l’appel de la Coordination agenaise, pour venir entendre au Stadium un long et méticuleux argumentaire, qu’un participant résumait de cette formule savoureuse : « On veut une gare à Agen même ! »

Regardons vers Bordeaux… à chacun sa partie, c’est Christian Broucaret qui a sonné la charge, en sa qualité de porte-parole de la Fédération des associations d’usagers des transports en Aquitaine : « L’expérience prouve que lorsque le TGV n’arrive pas au centre de l’agglomération, elle se dévitalise. Et côté usagers, personne n’aime les ruptures de charge : les changements de train, de gare… Il est aussi intéressant d’observer qu’à Bordeaux, où la gare est au centre-ville et où la LGV est prévue pour 2015-2016, personne ne s’est posé la question une seconde de savoir s’il fallait externaliser la gare, ce débat semblerait totalement incongru ! »

Développement fantasmé. Le secrétaire départemental des cheminots CGT, Francis Portes, lui emboîte le pas, diaporama à l’appui : il commente les clichés éloquents de la gare TGV de Valence, mise en service il y a près de dix ans, posé au milieu des champs… « et des parkings Effia, une filiale de la SNCF ». Histoire de démontrer, explique-t-il, que le potentiel d’urbanisation au nom duquel les élus réclament des gares excentrées relève du fantasme.

400 000 voyageurs. Conseiller communautaire et élu agenais d’opposition, Alain Bédouret (Les Verts) rappelait quant à lui que la coordination milite pour un TGV circulant « à 200 ou 220 km/heure », avant de refaire l’historique du projet pour émettre de gros doutes sur l’avantage comparatif, en termes financiers, d’une gare en périphérie.

Et de conclure : « Ce sont les mêmes qui veulent ramener les gens au centre-ville d’Agen avec un multiplexe et qui laissent filer les 400 000 voyageurs drainés par le TGV. »

Environnement. Philippe Barbedienne, pour la Sepanso*, liste toutes les bonnes raisons de s’opposer à un projet qui va à l’encontre des prescriptions du Grenelle de l’Environnement, qui prévoit de densifier les centres urbains en préservant la campagne.

* Fédération des sociétés pour l’étude, la protection et l’aménagement de la nature dans le Sud-Ouest.

Sauvegarde de Pompignan

Publié le 11/03/2010 10:12 par La Dépêche

Publié dans LGV bordeaux toulouse | Pas de Commentaire »

Débat LGV entre Malvy et Barèges

Posté par sauvegarde de pompignan le 9 mars 2010

Débat LGV :  à partir de la 25 ème minute et 33 secondes. Cliquez sur l’image ci-dessous

malvybarges.jpg

Sauvegarde de Pompignan

Publié dans LGV bordeaux toulouse | Pas de Commentaire »

Manif Nérac – JT 19/20 du 6 mars 2010

Posté par sauvegarde de pompignan le 7 mars 2010

Des milliers de personnes se sont rassemblées aujourd’hui à Nérac pour protester contre le projet de création de LGV

Venus d’Aquitaine et de Midi-Pyrénées, les opposants étaient entre 2 000 et 3 000 selon la gendarmerie, plus de 5 000 pour un responsable associatif. Ils ont brandi en musique et sous le soleil des pancartes proclamant « Non au tout LGV. Oui au rail régional« , « Les Landes ne sont pas à vendre » et « Argent public gaspillé« .

« J’espère qu’ils (les responsables politiques partisans du projet, ndlr) entendront la voix des citoyens« , a déclaré Gérard Charollois, président de l’association Vie et Nature, présent dans le rassemblement, qui comprenait notamment des militants écologistes et des représentants de partis politiques (Europe Ecologie et Nouveau parti anticapitaliste).

Objet d’une opposition croissante de la part de défenseurs de l’environnement, d’habitants et de certains élus de tous bords, le projet de création de deux LGV vers Toulouse et l’Espagne est porté conjointement par l’Etat, Réseau ferré de France et les grandes collectivités locales du Sud-Ouest. Ces deux lignes, appelées Grands projets du Sud-Ouest (GPSO), viendraient d’ici 2020 prolonger
la LGV Tours-Bordeaux, qui devrait elle entrer en service à l’horizon 2016.

Les opposants se sont donné rendez-vous pour une nouvelle manifestation le 20 mars, à Montauban.


Voir dessous  le reportage de Gilles Bernard et de Clémence Rouher, avec les interviews de Christian D’Huyvetter, président de l’association « Très Grande Vigilance en Albret », de Catherine Aime, vice-présidente de l’association « Très Grande Vigilance en Albret » et de Denise Cassou, porte-parole de la coordination vigilance LGV.nerac.jpg

Publié dans MOBILISATION | Pas de Commentaire »

La manifestation a drainé des opposants de toute la région

Posté par sauvegarde de pompignan le 7 mars 2010

Nérac. Hier, Très Grande Vigilance en Albret a rassemblé 4000 personnes en ville.

Les banderoles étaient signées des diverses associations militant contre le projet de LGV Sud Europe Atlantique. « Non aux lignes LGV, oui aux lignes existantes », affichait la banderole du collectif des élus ALT LGV, tandis que d’autres étaient plus imagées : « Le bonheur est dans le pré, avec la LGV, le malheur est dans le prêt. Endettement, 45 ans », « Adieu chasse et pêche, la nouvelle LGV clôturera la région » ; « Forêts massacrées, impôts multipliés », « Qui paiera la folie LGV, vous bien sûr », « IVG oui (en référence à la Journée de la femme du 8 mars), LGV non » pour n’en citer que quelques-unes. À l’appel de l’association Très Grande Vigilance en Albret (TGV), les manifestants sont venus nombreux, hier, à Nérac, pour dire leur mécontentement et affirmer haut et fort qu’ils ne veulent pas ici ou ailleurs d’une LGV. Ils se sont déplacés des départements voisins mais aussi de plus loin, comme du Pays basque. Le rendez-vous était fixé au foirail afin que le cortège défile dans les rues de la ville, en passant par le Vieux-Nérac, empruntant le pont Neuf et le pont Vieux. Ce fut un long serpent qui traversa la commune puisque 4 000 personnes se sont rendues au rendez-vous. Pour se convaincre d’un chiffre correct, ils furent massés, lors du meeting sous la halle, tandis que les élus de tous bords, au milieu desquels on a pu voir Noël Mamère, se retrouvaient sur les gradins.

Tout se passa dans une ambiance bon enfant, l’association TGV ayant souhaité, avant tout, défiler en respectant la population néracaise.

Les agriculteurs ainsi que les vignerons, arboriculteurs, forestiers avaient également pris part au cortège, huit tracteurs ouvraient la marche. Et de mémoire de Néracais, on n’avait certainement pas vu de tracteurs depuis une éternité empruntant le pont Vieux.

Prises de parole

Tous les intervenants à la tribune, responsables d’associations ou élus, ont tous abondé dans le même sens, à savoir que le projet « n’est ni favorable à la planète ni à l’intérêt général, ne bénéficiant qu’à une minorité au détriment des autres et ne servirait qu’à balafrer les forêts, terres agricoles et nature », lançait le responsable de la Sepanso. Au nom des Basques, Victor Pachon, précisait : « On ne veut pas qu’on décide à notre place, nous sommes 4 000 à savoir lire, écrire, compter. … Nous voulons vivre et travailler au pays, avec la LGV, c’est le contraire… » « Le devoir de parler est plus important que le devoir de se taire », concluait J. Giraud, pour les Landes, tandis que D. Cassou, pour LEA 33 : « Une population bien informée ne peut pas accepter, pour gagner des minutes de transport, de s’endetter un demi-siècle. Notre force, c’est notre mobilisation, notre détermination. » Cathy Montaut

Sauvegarde de Pompignan

Publié le 07/03/2010 03:48 par La Dépêche

Publié dans MOBILISATION | Pas de Commentaire »

123
 

Ecole Normale de Filles d’O... |
CLUB VOSGIEN THIONVILLE |
blog-du-cehysterd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aduanc
| M.L.R. Mouvement de Libérat...
| amicalelaiquesantec