• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 19 mars 2010

LGV Paris Toulouse – témoignage d’une victime

Posté par sauvegarde de pompignan le 19 mars 2010

Regardez ce qui peut se passer dans nos villages.

« Ca fout vraiment les boules »

 dpche281209.jpg    cliquez sur l’image pour lancer la vidéo

 

Publié dans LGV, c'est NON! | Pas de Commentaire »

Agen. À Sainte-Colombe, l’association TGV s’oppose à la LGV

Posté par sauvegarde de pompignan le 19 mars 2010

Très Grande Vigilance en Agenais s’oppose à la LGV mais s’inquiète aussi de la zone économique de 210 ha qui lui sera adossée. Ambiance.

Agen. À Sainte-Colombe, l'association TGV s'oppose à la LGV dans LGV, c'est NON! 201003191498_w350Créée dans la foulée des voisins de Très Grande Vigilance en Albret, TGV du Bruilhois et de l’Agenais est née en février à Sainte-Colombe-en-Bruilhois. Pas d’ambiguïté sur la destination de cette association : « On est contre la Ligne à grande vitesse », pose le président Joseph Bonotto. « Ce qu’on veut, nous, c’est que le TGV circule sur les voies existantes, c’est tout. »

Joseph Bonotto aurait bien argumenté d’avantage sur le sujet mais ce qui l’occupe, tout comme les 6 autres membres de son association, c’est la zone économique de Sainte-Colombe-en-Bruilhois, en projet sur leur commune. « Parce que nous, en plus d’avoir la LGV, comme en Albret, on a la gare TGV et la zone économique ! »

La « zone » en question, c’est le projet, porté par la communauté d’agglomération d’Agen et son président-député-maire Jean Dionis et la communauté de communes de Laplume-en-Bruilhois. Une zone de 210 ha, implantée en Agenais mais appelée, selon ses promoteurs, à avoir une aura régionale, adossée à la future gare TGV, à Brax-Roquefort. « Nous, on n’est pas contre cette zone d’activité économique, attention ! », tempère Joseph Bonotto. « Le hic, c’est qu’on a appris où elle serait implantée le 27 janvier dernier, lors de la réunion de présentation de la révision du Plan local d’urbanisme (PLU) de Sainte-Colombe. »

Et là, le ciel tombe sur la tête de ceux qui habitent dans ce périmètre de 210 ha. Ou plutôt le sol se dérobe sous leurs pieds. « Sur les parcelles concernées par l’implantation de la zone, il y a 31 maisons d’habitations et une dizaine d’exploitations agricoles ».

Parmi eux, Serge Battistuzzi, trésorier de l’asso, et son beau-frère Jean-Claude Méric, tous deux propriétaires de terres agricoles et habitant sur la zone, à 100 m l’un de l’autre. « Ça fait 50 ans que nos familles habitent ici, et là on nous annonce en janvier qu’on va nous racheter, que ce n’est plus à nous… »

« Ça date pas d’aujourd’hui »

Joseph Bonotto, lui, habite dans le secteur depuis 1986 et rit jaune : « Depuis 1990 je demande à construire des lotissements sur mes terres, on me l’a toujours refusé. Là on va me racheter mes terres et y construire des lotissements… »

« Ce qu’on veut, c’est être associé au projet et être correctement indemnisé au prix du mètre carré constructible pas au prix des terres agricoles. Là on ne sait même pas ce qu’ils vont y mettre. En revanche on refuse la zone sans concertation comme on veut nous l’imposer. »

Pour le maire, Hubert Duffour, la procédure suit son cours normal : « Ce projet ne date pas d’aujourd’hui. On a démarré la révision du PLU il y a trois ans. Au départ le pays de l’Agenais cherchait des terrains pour implanter une zone d’activités. Le conseil municipal a voté à l’unanimité pour. Nous, on a pris nos responsabilités, en pensant à nos enfants et nos petits-enfants. Je comprends que les riverains soient inquiets, une zone pareille fait forcément des mécontents. Mais on n’a pas cherché à les écarter. La preuve, on organisera une autre réunion publique fin mai début juin, pour informer la population, avant d’adopter le PLU. Et on va entamer des discussions avec les personnes concernées pour éviter au maximum les procédures d’expropriation. »

TGV en Agenais organise une réunion d’information le 25 mars à 20 heures à la salle communale de Sainte-Colombe.


LGV en Albret pactise avec le diable, au cas où…

Hier matin, le président de Très Grande Vigilance en en Albret, Charles D’Huyvetter, était à la permanence du député Dionis (Nouveau Centre) à Agen. Raison de la visite? Un rendez-vous, arrangé par le maire d’Agen avec un représentant de Réseau Ferré de France (RFF), maître d’ouvrage de la future Ligne à grande vitesse : «On a obtenu de RFF qu’il nous communique, à la mi-avril, un planning de rendez-vous où les asscociations de riverains et les élus discuteront avec RFF de moyens à mettre en œuvre pour réduire au maximum les nuisances de la LGV et entamer aussi une discussion sur les indemnisations.» Un pas en arrière? «Non. On a conscience de faire un pacte avec le diable en acceptant de discuterde l’hypothèse la plus probable, mais on mène toujours notre combat pour que la LGV ne se réalise pas.»

Sauvegarde de Pompignan

Publié le 17/03/2010 07:49 par La Dépêche

Publié dans LGV, c'est NON! | Pas de Commentaire »

 

Ecole Normale de Filles d’O... |
CLUB VOSGIEN THIONVILLE |
blog-du-cehysterd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aduanc
| M.L.R. Mouvement de Libérat...
| amicalelaiquesantec