• Accueil
  • > Archives pour février 2010

Moissac. La LGV inquiète encore les habitants

Posté par sauvegarde de pompignan le 10 février 2010

 Quartier de Bénis. Réunion au foyer.

Moissac. La LGV inquiète encore les habitants dans LGV, c'est NON! 201002101247_w350INFOGRAPHIE — La tension était palpable lundi soir, au foyer rural de Bénis, dans une salle qui accueillait des habitants dubitatifs quant au futur tracé de la ligne à grande vitesse qui pourrait traverser leur quartier (1). Par les voix d’Alain Blanchet et de Patrick Aymar, président et vice-président, le collectif de sauvegarde de Bénis, créé la semaine dernière, a fait part de ses inquiétudes au maire, Bernard Dagen. Leur créneau: améliorer les voies existantes. Pour Patrick Aymar, la logique serait d’utiliser les voies de TGV déjà existantes. Après une entame difficile entre le maire et les habitants, le dialogue s’est peu à peu instauré. Mais sans Réseau ferré de France (RFF) qui n’a pas répondu à l’invitation (1). Au final, malgré certains commentaires pour le moins partisans sur le sujet, qui ont paru surprendre jusqu’aux organisateurs de la réunion, le collectif a nommé le maire président d’honneur et a décidé de se rapprocher des associations existantes pour augmenter la pression sur RFF. Une pétition est aussi mise en place.

1: rappelons que le projet de tracé est en stand by en Tarn-et-Garonne après la réouverture des négociations. Quant aux associations de mécontents, RFF devait recevoir des délégations aujourd’hui, à Toulouse.

Publié le 10/02/2010 09:48 par La dépêche

Publié dans LGV, c'est NON! | Pas de Commentaire »

Agen. Les anti-LGV veulent faire voter la population

Posté par sauvegarde de pompignan le 10 février 2010

Une « coordination agenaise pour le maintien de la gare en centre-ville » s’active avant le printemps.

Agen. Les anti-LGV veulent faire voter la population dans LGV, c'est NON! 201002101387_w350INFOGRAPHIE — À plusieurs, c’est mieux. Les opposants à une nouvelle ligne ferroviaire à grande vitesse (LGV) jouent collectif en ce début d’année et annoncent une réunion publique le 9 mars, une « votation citoyenne » dans la foulée avec, c’est toujours à l’étude, une manifestation à Agen du front des opposants au projet mené par la SNCF et Réseau Ferré de France, soutenu par les politiques de droite et de gauche à quelques exceptions près.

Hier à Agen, les anti-LGV sont revenus sur leurs motivations communes. Autour de la table et au-dessus d’un café, les associations la Mirande, Au fil des Deux Séounes, la Sepanlog et le tout nouveau regroupement d’une poignée, pour l’instant, d’habitants de Sainte-Colombe en Brulhois. C’est là-bas, au pied du coteau, que pourrait sortir de terre la gare LGV. Jospeh Bonatto en est l’un des porte-parole et exprime clairement son opposition.

« On ne veut rien d’autre qu’un TGV sur la ligne existante. » Sainte-Colombe doit accueillir, sur 200 hectares, une zone d’activités économiques « dont on ne sait rien, pour laquelle rien n’est à ce jour prévu. » Cette association à la peinture encore toute fraîche doit rapidement se rapprocher de Très Grande Vigilance en Albret.

« Apolitique »

Tout rapprochement avec les prochaines élections régionales serait bien évidemment fortuit. « Nous sommes apolitiques » martèle Michel Couderc, qui milite comme ses voisins du collectif pour le maintien d’une gare en ville. « Penser à installer une gare en rase campagne est un combat d’arrière-garde. C’est le meilleur moyen de dévitaliser un centre-ville qui n’en a pas franchement besoin vu la situation économique locale. Une gare TGV en ville, c’est en revanche un coup de fouet fabuleux. »

Les uns comme les autres réfutent toute idée d’une gare en rive gauche, à Sainte-Colombe, Brax ou Roquefort. Ils mettent dans le même wagon en voie de garage la ligne nouvelle, dont le fuseau préliminaire de 1 000 mètres a été tracé officiellement le 11 janvier dernier. Jean-Pierre Lacave, de la Sépanlog : « Le réseau existant peut être réhabilité. On nous dit que le passage à Port-Sainte-marie est difficile mais si on veut se donner la peine d’aménager les abords, ce peut être synonyme de revitalisation pour cette commune.

Porte-parole d’Au fil des Deux Séounes et candidat, aussi, pour les élections régionales pour Europe Écologie et les Verts, Bernard Péré affirme que le réseau ferré est « en très mauvais état en Aquitaine. Il existe des priorités dans ce domaine et surtout, il faut arrêter de cisailler le territoire. »

TGV_petit dans LGV, c'est NON!


Le train de protestations n’est-il pas en retard ?

L’éventualité d’une ligne à grande vitesse entre Paris, Bordeaux et Toulouse est envisagée depuis 20 ans et les premiers trains sont attendus, en théorie, en 2 020. N’est-il pas alors trop tard pour les opposants à la LGV ? Non, rétorque Alain Bédouret, l’un des Verts 47. « Les enquêtes publiques ne débuteront que dans dix-huit mois. Il sera alors grand temps de contester avec les arguments que l’on peut développer depuis quelques semaines. » Jean-Pierre Lacave attend aussi des précisions sur le tracé définitif. « On sait toutefois que les sites Natura 2 000 seront touchés de façon marginale. En revanche, on sera à même d’intervenir sur les dégâts éventuels dans l’écosystème quand on sera fixé sur le parcours de la ligne dans le département. Michel Couderc est convaincu aussi que la parole doit revenir aux citoyens. « La parole a été confisquée par les politiques et les technocrates. Les débats étaient tellement dirigés par la technocratie que les associations sont finalement arrivées tardivement. » Faut-il croire qu’il existerait alors une monarchie d’un côté, des citoyens godillots de l’autre? » Pour le président de la Mirande, « c’est un zéro pointé » pour la classe politique « de droite comme de gauche. »

Pour participer au débat, coordinationagenaise@gmail.com.

Publié le 10/02/2010 09:47 par La dépêche

Publié dans LGV, c'est NON! | Pas de Commentaire »

Débat sur la LGV à Castelnau le 4 février dernier

Posté par sauvegarde de pompignan le 9 février 2010

Brigitte Barèges, Député Maire de Montauban, chef de file de Midi Pyrénées pour les élections Régionales de 2010, s’est rendue à l’Hôtel Eurocentre sur la commune de Castelnau d’Estrétefonds pour participer au débat sur le tracé de la Ligne à Grande Vitesse. Toutes les associations du collectif « Union Pour La Sauvegarde des Villages » étaient présentes.

voir les vidéos:     partie 1     -     partie 2    -    partie 3     -    partie 4    -    partie 5     -    partie 6

Lors du débat sur le tracé de la LGV à Castelnau d’Estrétefonds, Thierry Fourcassier porte parole du collectif « Union Pour La Sauvegarde des Villages »  a demandé à Madame Barèges qu’elle était sa position sur les 3 tracés qui ont été proposés en fin d’année dernière et M. Alain Gérard est intervenu pour dire : « Je voudrais préciser que nous ne faisons pas parti du collectif … » Thierry Fourcassier a aussitôt répondu que le collectif avait sa position et que sur Castelnau d’Estrétefonds il existe 3 associations : Sauvegarde de Castelnau membre du collectif, Environnement Conscient qui aux yeux de M. Alain Gérard ne représente pas les habitants et enfin la troisième, Castelnau TGV Raisonné : « Nous représentons Castelnau d’Estrétefonds qui je crois est la commune la plus importante sur le tronçon du TGV. Nous avons constitué une association  au mois de décembre qui comprend à l’heure actuelle 170 adhérents. Nous avons fait une pétition qui rassemble plus de 1000 signatures pour appuyer notre thèse. Nous contestons tout d’abord la représentativité du collectif et nous refusons qu’elle se proclame le collectif de Montauban à Saint Jory, car ni la municipalité de Saint Jory, ni la municipalité de Castelnau ne sont d’accord avec … »  La suite sur la vidéo ci dessus partie 4.

Merci à http://ump31-canton-fronton.over-blog.fr/ pour toutes ces vidéos intéressantes

Publié dans LGV, c'est NON! | Pas de Commentaire »

Valence. Le projet LGV s’invite à la campagne

Posté par sauvegarde de pompignan le 7 février 2010

Valence. Le projet LGV s'invite à la campagne dans LGV, c'est NON! 201002070909_w350Le projet de tracé de ligne à grande vitesse (LGV) s’est invité depuis plusieurs semaines dans les campagnes tarn-et-garonnaises, et, vendredi soir, à la salle des fêtes d’Auvillar, à l’occasion de la première réunion cantonale de la liste PS-PRG-MRC, de nombreuses personnes souhaitant protester contre le manque d’information sur cette future LGV attendaient de pied ferme Sylvia Pinel et ses trois colistiers, Dominique Salomon, Pascal Favart et Denis Ferte. Venues des villages environnants, elles ont été invitées par la député et Jean-Michel Baylet à se serrer un peu pour rejoindre la foule présente pour assister à la réunion publique. Ce fut l’occasion pour le président du conseil général de rappeler sereinement les démarches entreprises avec Sylvia Pinel pour accompagner les élus des communes concernés par ce projet. « Pour tout vous dire, cet après-midi encore (vendredi après-midi, N.D.L.R.), je recevais à Valence-d’Agen des représentants de Réseau ferré de France (RFF) en présence de nombreux maires du secteur. » Jean-Michel Baylet annonça également que les associations de mécontents seront reçues, mercredi à Toulouse, par RFF. « C’est à vos côtés et avec vos élus que nous ferons en sorte de créer les conditions d’un tracé le moins nuisible. Nous nous sommes toujours élevés contre l’absence de concertation préalable, c’est la raison pour laquelle les discussions, bouclées dans toutes les autres régions, ont repris en Tarn-et-Garonne avec RFF. Sylvia Pinel et moi-même sommes intervenus directement auprès du ministre Jean-Louis Borloo pour faire part de notre mécontentement. » Interpellé sur la question de l’utilité de la LGV, Jean-Michel Baylet s’est voulu très clair : « Comment notre région pourrait rester la seule à être enclavée, alors que partout ailleurs en Europe il y a des lignes de ce type ? Autant, dans le respect de l’idée que l’économie doit être au service de l’homme, et non l’inverse, nous nous sommes battus contre un second aéroport toulousain au sud de notre département, sans intérêt pour notre économie, autant on ne peut refuser une ligne à grande vitesse. » Et Jean-Michel Baylet de conclure : « Après les négociations, une fois le tracé choisi, nous serons encore là, avec les personnes touchées, pour négocier les indemnisations. » En suivant, la réunion publique a pu reprendre tout aussi calmement et Sylvia Pinel défendre ses arguments de campagne. B.G.

Publié le 07/02/2010 09:17 par La dépêche

Publié dans LGV, c'est NON! | Pas de Commentaire »

Réunion avec Mme Barèges et réunion des élus avec RFF

Posté par sauvegarde de pompignan le 5 février 2010

Hier l’association sauvegarde de Pompignan a rencontré Mme Barèges sur castelnau d’estrétefonds. Bien évidemment toutes les associations du collectifs étaient présentes.

 Voici le compte rendu de cette réunion fait par l’association de sauvegarde du patrimoine de Montbeton et Lacourt St Pierre

 

     

Publié dans LGV, c'est NON! | Pas de Commentaire »

Caumont. Le tracé de la LGV contesté

Posté par sauvegarde de pompignan le 5 février 2010

Caumont. Le tracé de la LGV contesté dans LGV, c'est NON! 201002051440_w350Près de 200 personnes se sont rassemblées mardi soir, à la mairie de Caumont, pour une réunion d’information organisée par la municipalité concernant le projet de ligne ferroviaire à grande vitesse (LGV).

Le fuseau de 1 000 mètres retenu le 11 janvier dernier par le comité de pilotage impacte très lourdement la commune et ses habitants.

Les élus présents, Joël Capayrou, conseiller général: Jean-Marie Bence, président de la communauté de communes; les maires et représentants des communes voisines et les habitants de la commune ont constaté être mis devant le fait accompli du choix d’un tracé qui n’a jamais fait l’objet d’une vraie concertation.

Des questions ont été posées sur le bien-fondé de ce projet, notamment sur le gain de temps espéré compte tenu de l’importance de l’investissement et des nuisances générées. Une étude des alternatives à une LGV pouvant permettre une circulation plus rapide des TGV sur les voies existantes et une desserte plus efficace à moindre coût a également été avancée.

Pétition et association de défense

De l’avis général, les délais impartis entre la diffusion, fin novembre, des fuseaux potentiels et le choix d’un fuseau, début janvier, témoignent de l’absence d’une réelle prise en compte de l’avis des personnes impactées et contribue au sentiment grandissant de vouloir couper court à toute forme de contestation.

Au terme de la réunion, la volonté de créer une association de défense de notre territoire contre ce projet s’est confirmée, ainsi que le lancement d’une pétition.

Publié le 05/02/2010 03:50 par La dépêche

Publié dans LGV, c'est NON! | Pas de Commentaire »

Saint-Rustice. TGV:les opposants se font entendre

Posté par sauvegarde de pompignan le 2 février 2010

Saint-Rustice. TGV:les opposants se font entendre dans LGV, c'est NON! 201002021942_w350«Non au TGV Saint Rustice sacrifié» l’énorme banderole a barré, pendant toute la matinée de samedi, l’ex- nationale 20 au niveau de la limite Tarn et Garonne/ Haute Garonne, bien visible de tous les automobilistes détournés à cet endroit. Quant auxhabitants opposés à la ligne, ils étaient nombreux à défiler de Pompignan à St Rustice et retour sous les regards des journalistes et caméras de télévision. Banderoles en français, en occitan même rappelaient l’opposition forte des quelques quatre cents manifestants et leur détermination.

Mercredi 27 janvierl’Assemblée Générale de St Rustice Environnement Sauvegarde a été précédée d’une réunion d’information et d’échanges sur le problème de la Ligne Grande Vitesse.

Dans la foulée, STRES a tenu son A.G.: le conseil d’administration a été élu puis le Bureau. La présidente reste Mme A M Taleux,secrétaire Bruno Lecomte, trésorier Max Moreno.

Publié le 02/02/2010 03:52 par La dépêche

Publié dans LGV, c'est NON! | 1 Commentaire »

123
 

Ecole Normale de Filles d’O... |
CLUB VOSGIEN THIONVILLE |
blog-du-cehysterd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aduanc
| M.L.R. Mouvement de Libérat...
| amicalelaiquesantec