• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 14 février 2010

Une ligne sous haute tension

Posté par sauvegarde de pompignan le 14 février 2010

Vendredi, le collectif « Union pour la sauvegarde des villages » manifestait sous les fenêtres du RFF.

Une ligne sous haute tension dans MOBILISATIONLes Toulousains attendent leur Ligne à Grande Vitesse depuis des décennies. RFF a présenté en janvier dernier un fuseau large de 1 km au sein duquel le tronçon devait être finalisé. Mais la future implantation de la LGV fait polémique sur une portion de 40 km au nord de Toulouse. Les habitants, regroupés en collectif, proposent que la voie ferroviaire longe le côté gauche de l’A62 de Toulouse vers Castelsarrasin. Ils espèrent un raccord à l’existant au niveau de la gare de triage au sud de Saint Jory. De nombreuses associations et élus locaux soutiennent la proposition via la signature d’une pétition. « Cette alternative est la moins impactante en habitations. Elle épargne le vignoble du Frontonnais et les céréaliers de la plaine de la Garonne », explique Thierry Fourcassier, secrétaire et porte parole du collectif.

4000 C’est le nombre de signatures déjà recueillies sur la pétition par le Collectif

Longtemps opposées, les parties semblent se rejoindrent. « Nous cherchons le tracé où l’impact sur le secteur urbain sera moindre mais il existe des impératifs techniques », souligne Marianne Minard à la communication de RFF. L’établissement se dit prêt à étudier la proposition du collectif. En soulignant toutefois qu’une LGV de 320 km/h nécessite des rayons de courbure de 6 à 7 km minimum. Le choix définitif du faisceau sera pris en mai, par un comité constitué des Préfets et Présidents des régions Aquitaine et Midi-Pyrénées et de RFF. La ligne devrait être fonctionnelle en 2020, à moins que le collectif ne se radicalise faute d’accord prévient son porte parole. Une nouvelle action est prévue samedi 20 février à 10h devant la gare de Castelsarrasin.

Repères

Fin 2011 la préfecture ouvrira une enquête d’utilité publique.
En 2012, les premières expulsions des habitants qui se trouvent sur le tracé devraient être prises.
Début des travaux envisagés en 2013.
Le financement des études, soit 36 millions d’euros, est assuré pour un quart par les collectivités locales de la région Midi-Pyrénées.
Le coût de la nouvelle ligne est estimé entre 3 et 4 milliards d’euros.
Il sera affiné après que le choix définitif du tracé sera arrêté.

Publié le 14/02/2010 15:08 par Métro

Publié dans MOBILISATION | Pas de Commentaire »

 

Ecole Normale de Filles d’O... |
CLUB VOSGIEN THIONVILLE |
blog-du-cehysterd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aduanc
| M.L.R. Mouvement de Libérat...
| amicalelaiquesantec