Asques. Un collectif pour dire «non à la LGV»

Posté par sauvegarde de pompignan le 30 janvier 2010

Asques. Un collectif pour dire «non à la LGV» dans LGV, c'est NON! 201001302039_w350Près de 300 personnes déterminées disent «non» au projet de ligne à grande vitesse.

Comme partout dans la région, le collectif veut se structurer, avec une association de tous les villages concernés, qui vont se regrouper par la suite pour former une fédération crédible, capable d’imposer des points de vue.

Dans la salle des fêtes d’Asques, le maire Alain Falgayras recevait Francis Garrigues, maire de Lavit, conseiller général du canton et président de la communauté de communes, venu en voisin et ami pour discuter du problème. À leur côté, Michel Bidot, qui sera le vice-président de la future association d’Asques, avec, comme président, M. Deledale.

Saint-Michel, qui sera coupé en deux, Bardigues, Caumont, Saint-Arroumex et Asques étaient représentés.

«Lors du premier débat public organisé par Réseau Ferré de France, notre commune était à peine concernée, précisait Alain Falgayras, maire d’Asques. Mais depuis, les choses ont bien changé puisqu’une douzaine de maisons sont dans le fuseau préférentiel, et tenez-vous bien, à Donzac, c’est l’église et le cimetière qui sont dans ce cas-là. Une association de défense de l’environnement a été créée, les adhésions sont importantes. Ensemble, nous devons nous rassembler, être unis, étudier les meilleures solutions et actions à mener, pour aboutir à un résultat le moins pénalisant dans l’intérêt général.»

Publié le 30/01/2010 03:55 par La dépêche

2 Réponses à “Asques. Un collectif pour dire «non à la LGV»”

  1. letempsdevivre dit :

    Bonjour, non, l’église et le cimetière de Donzac ne sont pas touchés, sinon ce serait tout le centre du village qui disparaîtrait ! Mais de toute façon, où que ce projet passe, il faut y mettre un VETO car il est complètement inutile et ruineux pour la région sans rien lui apporter. Les écolos font croire qu’il s’agit de diminuer le trafic aérien mais c’est impossible tant que la SNCF ne diminue pas ses tarifs et ne fasse pas d’efforts pour déposer moins de préavis de grève et pour que les trains arrivent à l’heure ! La ligne TGV actuelle est sous-utilisée, elle est loin de sa capacité maximale. Rentabilisons-la d’abord en rendant le prix du billet plus abordable !
    Et puis, si l’idée est bonne de vouloir rapprocher les gens de leur lieu de travail, je trouve qu’on prend le problème à l’envers ! Imaginez qu’un jour une crise de l’énergie s’abatte sur nous, comment ferons-nous si nos emplois sont à 150 km de chez nous ??? Non, ce qu’il faut faire, c’est délocaliser dans nos régions, apporter le travail près du domicile des salariés, faire vivre villes et villages. Sinon, ils deviendront comme les cités autour des métropoles : des villages-dortoirs.

  2. henry dit :

    le clip intitulé une victime du LGV est édifiant
    j essaye comme je peux de relayer le message
    trop de gens ne sont pas encore au courant
    si comme moi vs utilisez un peu internet pensez à passer le message de « signer la petition » via vos contacts
    ns ne sommes qu à 117 signatures et je vs assure que je ne menage pas mes efforts
    sur face book j essaye de mobiliser les gens
    c est avec surprise que j ai constaté que le soutien venait parfois de gens que je ne connaissai presque pas et qui avaient la gentillesse de faire passer le message alors surtout pensez à toutesls possibilités d internet et des sms pour reveiller les gens..
    je veux croire que nous arriverons a faire triompher la raison sur le profit

Laisser un commentaire

 

Ecole Normale de Filles d’O... |
CLUB VOSGIEN THIONVILLE |
blog-du-cehysterd |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aduanc
| M.L.R. Mouvement de Libérat...
| amicalelaiquesantec